Réponse au préfet

lundi 16 octobre 2006
popularité : 41%

.

Même si nous ne partageons pas les méthodes d’investigation de ces journalistes, cet échange est très instructif : Le Préfet souligne, avec des propos indignes, son « intérêt » envers les Gens de Cachan et les résidents étrangers. Dans la ligne du Ministre de l’intérieur : Morceaux choisis :« On n’a pu en expulser qu’une dizaine (…) ces gens là, hein, qui nous tuent des gens chez eux et qui nous donnent des leçons » « en réalité , les squatteurs veulent reconstruire un village africain à Paris ».

Au-delà de ce mépris affiché, le Préfet du val de marne qui sort de sa neutralité au service de l’état devrait user de plus de réserve (eu égard à son rang et à ses responsabilités de représentant de l’état ) lorsqu’il évoque les parents d’élèves FCPE en particulier.

Dans le droit fil des valeurs que nous portons, nos positions sont toujours guidées par l’humanisme quels que soient les faits de société qui de près ou de loin sont susceptibles de toucher les familles et les enfants.

Il est donc naturel qu’en tant que militants et adhérents de la FCPE en Val de Marne, fidèles à nos engagements de longue date, nous ayons pris notre place, comme l’ensemble de notre Fédération, dans RESF et dans la défense des enfants de familles étrangères résidant en France dès lors qu’ils sont touchés par des décisions injustes.

Tout comme il est naturel de retrouver la FCPE auprès des familles de Cachan.

Notre Fédération a toujours défendu le droit à l’éducation pour tous, partant pour chacun(e) quelles que soient sa couleur de peau, son origine ethnique ou sa religion dans le respect des valeurs de l’école républicaine.

De ce point de vue, Le Préfet TOMASINI n’a aucune leçon à donner aux parents d’élèves FCPE ou pas. Ces bénévoles qui, sans compter leur temps, leur énergie et souvent leur argent s’engagent aux côtés d’autres bénévoles, d’autres associations, syndicats ou partis politique pour défendre les plus démunis, les mis de côtés, les « expulsables ».

Non, nous ne sommes pas « dans la main » de qui que ce soit : Issus d’horizons divers, de tous milieux sociaux, sans distinction d’opinions politiques, philosophiques, religieuses, nous ne sommes, nous, nommés par personne, mais élus par les représentants de nos conseils locaux à l’issue de nos congrès annuels.
Nous n’avons à rendre compte de nos actions qu’aux parents d’élèves qui, année après année nous renouvellent largement leur confiance lors des élections de représentants de parents aux Conseils d’Administration ou aux Conseils d’école dans les établissements scolaires.

Attachés à ce que la FCPE ne soit le porte-parole que d’elle-même avec ses différences, fervents partisans d’un service public d’Education Nationale, il est également naturel que nous dégagions des convergences et agissions avec nos partenaires dans et hors le monde scolaire, qu’ils viennent de la sphère associative, syndicale ou politique, pour la défense la promotion et l’évolution de ce Service Public.

N’en déplaise à Monsieur le Préfet, sans concession à personne, sans soumission ou complaisance à l’égard de qui que ce soit, fidèles à cette tradition d’humanisme que nous entendons maintenir, nous continuerons dans cette voie :

A ce propos nous apprenons que pour les 1000 de Cachan l’espoir d’une solution négociée de relogement verrait le jour. Avec d’autres acteurs de ce conflit nous nous félicitons que la raison, l’humanité et le souci des conditions de vie de ces familles semblent prévaloir sur toute autre considération. Ceci nous conforte quant à la justesse de nos choix et de l’action que, à notre juste place, nous avons menée pour mettre fin à cette situation.
Mais nous continuerons à être vigilants quand à l’application du protocole et veillerons particulièrement à ce que l’ensemble des enfants soit scolarisé à Cachan ou près de leur hébergement comme s’y était engagé l’Inspecteur d’Académie.

Nous continuerons d’agir au sein de RESF en faveur des enfants scolarisés et de leurs familles dont les dossiers n’ont pas été régularisés et dont la détresse ne cesse d’augmenter.

Le Conseil d’Administration du CDPE 94
(Communiqué adopté à l’unanimité du CA).