Courrier envoyé à la rectrice à propos des remplacements

mardi 8 avril 2014
popularité : 30%

Le 8 avril 2014

Madame la Rectrice,

Nous sommes très inquiets des proportions que prennent les absences d’enseignants non-remplacées, pour les absences ponctuelles comme pour celles de longue durée, et tant pour celles soudaines que pour celles prévues de longue date.

Dans le premier degré, où un nombre grandissant d’élus FCPE nous alerte quant à des absences prolongées sans remplacement, il est parfaitement inacceptable que des élèves restent sans enseignant et sans savoir si un remplacement interviendra.

Non seulement ces élèves sont privés de l’enseignement qui leur est dû, mais la progression et la dynamique des apprentissages sont rompues, et les enfants se préparent chaque matin pour aller en classe et en reviennent aussitôt faute d’enseignant, ou bien se retrouvent à passer leurs journées à faire du coloriage dans un coin de la salle d’une autre classe.

Les parents, exaspérés, se mobilisent, comme à Henri Wallon à Vitry sur Seine, à Benoît-Malon au Kremlin-Bicêtre, à Romain Rolland à Bonneuil sur Marne...

Dans le second degré, on ne compte plus les enseignants absents non remplacés. Certaines classes ont des enseignements qui n’ont pas été enseignés depuis le début de l’année ! Et quand on procède à un relevé exhaustif, les résultats donnent le tournis, comme le montre l’exemple joint d’une classe du collège Jean Perrin à Vitry. Cet état est alarmant, et il l’est d’autant plus qu’on relève ce genre de situation dans tout le département.

Là aussi, la situation est insupportable : les élèves, dont l’orientation ou la réussite aux examens est en jeu, sont inquiets et déstabilisés, et les parents sont en colère.

Dans un certain nombre de cas, des remplacements sont effectués par des personnes n’ayant pas les compétences recquises, ou bien par des personnes qualifiées mais venant un jour sur deux seulement, ou par des enseignants d’autres disciplines. Dans le secondaire, on fait appel de plus en plus, en particulier dans les disciplines scientifiques, à des vacataires sans aucune expérience pédagogique et/ou n’ayant aucune connaissance du système éducatif français. Et bien que les équipes pédagogiques en place fassent ce qu’elles peuvent pour les intégrer et les aider, ni les élèves ni les parents ne sont dupes tant les insuffisances sont manifestes.

Aussi, nous vous demandons :

  • de remédier immédiatement à ces dysfonctionnements ;
  • d’organiser des équipes de remplaçants en nombre suffisant de manière à assurer les remplacements dès la première demie-journée, dans le même enseignement, et avec du personnel qualifié.

Nous vous demandons également de nous recevoir dans des délais très brefs afin de nous exposer les solutions que vous allez apporter à ces problèmes.

Nous vous informons que nous lançons une campagne de mobilisation de nos représentants des premier et second degrés, et que nous allons appeler les parents à des actions au sein des établissements.

Nous envisageons également des procédures auprès du tribunal administratif pour rupture de la continuité du service public pédagogique d’éducation.

Dans l’attente, veuillez agréer, Madame la Rectrice, l’expression de nos salutations distinguées.

Ali AÏT-SALAH,
Président

Copie : Madame LAPORTE, DASEN du Val de Marne.