Monsieur le Président de la République, Ne permettez pas que l’Etat déscolarise des enfants !

mardi 8 octobre 2013
popularité : 19%

Syndicats de l’Education et associations de parents d’élèves et de défense des droits de l’Homme, nous exprimons nos plus vives inquiétudes quant à l’avenir des enfants roms victimes des évacuations prévues par le préfet du Val-de-Marne ce mardi 8 octobre, ciblant les campements qui bordent la RN19 entre Boissy-Saint-Léger et Bonneuil-sur-Marne.
Des enfants qui avaient commencé une scolarisation et une intégration prometteuses verront leur lieu de vie détruit. D’autres enfants sont en cours d’inscription. Leurs cartables et leurs affaires scolaires disparaîtront-ils avec leurs autres affaires personnelles et leurs repères ? Ces enfants retrouveront-ils le chemin de leur école ? Qu’adviendra-t-il par exemple d’Amira, 9 ans et en CE2, accueillie en classe spécialisée UP2A, où elle progresse avec ses copines ? Les progrès accomplis, grâce à une scolarisation de deux ans à Sucy-en-Brie et à Boissy-Saint-Léger, risquent d’être anéantis en quelques minutes. Qu’adviendra-t-il de son frère, suivi par la MDPH de Créteil ? Qu’adviendra-t-il de sa maman, soignée à l’hôpital Henri Mondor pour une grave maladie, opérée le 15 juillet 2013 et dont une nouvelle opération est prévue ?

L’expérience montre qu’en dépit des consignes d’accompagnement social contenues dans la circulaire interministérielle du 26 août 2012, des évacuations sans solution pérenne de relogement et de suivi de la scolarisation se sont multipliées, dans une brutale précipitation. Si nous ne souhaitons pas que les conditions de vie précaires perdurent sur les terrains, nous n’acceptons pas que ces expulsions viennent détruire ce qui a pu être mis en place en matière de droits. Les personnes vivant sur les terrains à Bonneuil-sur-Marne et Boissy-Saint-Léger se sont installées là suite à de précédentes évacuations…
Le droit à l’Education des enfants roms n’est pas négociable, pas plus que celui de tous les enfants. La France a ratifié la Convention Internationale des Droits de l’Enfant : elle doit assurer la scolarisation de tous les enfants vivant sur son sol, sans distinction d’origine et quel que soit leur lieu de vie.
Monsieur le Président de la République, ne permettez pas que la stigmatisation des Roms, en vogue jusque dans les discours publics, conduise l’Etat à être l’acteur direct de la déscolarisation des enfants.

  • Pour ROMEUROPE 94, Michel Fèvre
  • Pour RESF 94, Pierre Lafrance, Alain Buch
  • Pour la FCPE 94, Ali Aït Salah (président)
  • Pour la CGT-Educ’action 94, Pablo Krasnopolsky et Pascal Coudert (cosecrétaires généraux)
  • Pour la FSU 94, Catherine Anglésio (secrétaire générale)
  • Pour SUD-Education Créteil, Dominique Bellidon
  • Pour le SNUDI-FO 94, Marie-France Chiche, secrétaire départementale
  • Pour le SNFOLC 94, Pascal Chambonnet, secrétaire départemental
  • Pour l’Unsa Éducation 94, Emmanuel Margerildon (secrétaire départemental) & Jean-François TEISSIER (secrétaire départemental Se-Unsa 94)
  • Pour le SGEN-CFDT Créteil, Xavier Boutrelle