Motion adoptée au congrès départemental

samedi 8 juin 2013
popularité : 30%

Le CDPE Val de Marne soucieux depuis de nombreuses années de la réussite de tous les élèves prend note des améliorations substantielles du projet de loi d’orientation pour l’école adopté par le Sénat et par l’Assemblée nationale. Pour le CDPE 94, ces modifications atténuent le projet initial de décentralisation notamment pour la formation professionnelle mais elles ne répondent pas aux attentes des familles et des jeunes.

Ce projet de réforme bien qu’en rupture avec la politique destructrice du précédent quinquennat n’est pas assez ambitieux pour garantir l’égalité d’accès aux savoirs et à des formations de qualité sur l’ensemble du territoire. Oui, une politique ambitieuse au service de la nation implique des grandes mesures pour permettre à tous les acteurs d’être entendus, cela implique du courage politique pour inventer une école démocratique où l’on dispense une culture commune à tous les jeunes.

Une refondation de l’école passe d’abord par des mesures concrètes et immédiates :

  • un statut de parent délégué
  • des rythmes scolaires adaptés aux besoins des apprentissages des enfants
  • le retour à 26h d’enseignement hebdomadaire, intégrant le traitement de la difficulté dans le cadre des dispositifs spécifiques (Rased, soutien)
  • une scolarité obligatoire de 3 à 18 ans (deux ans pour les parents qui le souhaitent)
  • une réflexion critique des programmes scolaires permettant leur élaboration dans la concertation, fondée sur une véritable culture commune et non le socle commun.
  • un programme réellement ambitieux de lutte contre la reproduction des stéréotypes, des inégalités et des violences de genre à l’école
  • une remise à plat de la réforme du lycée Chatel
  • la création de passerelles entre l’enseignement général, technologique et professionnel pour lutter contre le décrochage scolaire
  • la création de nouveaux métiers d’assistant d’éducation, d’AVSI pour les élèves en situation d’handicap
  • l’arrêt des suppressions de postes de surveillants dans les établissements scolaires
  • des recrutements en personnel suffisant et formé
  • un retour à la carte scolaire permettant la mixité sociale au sein des établissements scolaires
  • des remplaçants dans le premier et le second degré suffisant afin d’assurer la continuité pédagogique
  • la garantie que les fonds publics iront à l’enseignement public et non à des organismes privés.
  • Que l’Etat garantisse l’égalité de tous les enfants et fasse cesser les discriminations territoriales. Le CDPE 94 sera vigilant sur tous ces points, elle prendra contact avec tous les acteurs du monde scolaire, les élus pour que l’école du 21eme siècle soit celle de nos enfants car l’éducation est l’avenir de l’Homme.

Nous ne lâcherons rien !

Choisy le Roi, le 8 juin 2013