Lycée Darius Milhaud COMMUNIQUE DE LA FCPE 94

lundi 18 janvier 2010
popularité : 36%

Nous pointons la responsabilité de l’Etat et de son gouvernement, notamment sur la question de la protection de l’enfance en danger. Car le jeune qui a porté ces coups de poignards meurtriers est aussi un jeune maltraité par la société. N’aurait-on pas pu éviter ce drame s’il y avait une autre politique publique de prévention et la protection de l’enfance en danger ?

L’acteur institutionnel de la protection de l’enfance en danger qu’est l’Education Nationale est aussi mis à mal par les suppressions massives de postes et ne remplit plus sa mission dans ce domaine. Passant sous silence l’abaissement du taux d’encadrement des jeunes sur l’ensemble des aspects de la vie scolaire (surveillance, santé, orientation, …), les Ministres se succèdent et traitent les symptômes d’une société qui va mal : perturbations et problèmes de violences dans les établissements scolaires par des mesures sécuritaires et tape à l’œil touchant l’ensemble des jeunes : portiques de sécurités, vidéo surveillance, fouilles, ou Equipes Mobiles de Sécurité intervenant sur l’ensemble de l’académie dans les établissements scolaire du second degré.

La FCPE constate aussi la dégradation de la vie scolaire dans les établissements depuis la disparition des Maitre d’Internat/Surveillant d’Externat dont le statut d’étudiant avait le double avantage de leur permettre de financer leurs études et de comprendre et aider scolairement les collégiens et lycéens. Cette dégradation des conditions d’emplois et de travail des personnels de vie scolaire (multiplicité des « statuts précaires » et en sous effectif) ne permet pas de mettre en œuvre des politiques éducatives nécessaires pour qu’un climat apaisé et de confiance s’établisse entre les personnels représentant l’institution et les jeunes dans les établissements scolaires. L’emploi de personnels formés, aux compétences reconnues est une exigence incontournable.

L’animation, la nécessité de favoriser et de développer une vie interne collégienne et lycéenne dans l’établissement exigent des mesures concrètes en personnels et en espaces dédiées à ces fonctions.

La FCPE Val de Marne réaffirme l’urgence de mettre fin au cycle de la baisse des moyens et des suppressions de postes dans l’Education Nationale. et interpelle le Ministre de l’EN pour qu’une autre politique éducative soit mise en œuvre dans les établissements scolaires qui s’articule avec les dispositifs de protection de l’enfance en danger et la prévention de la délinquance.

Ce changement de politique implique en urgence l’embauche et la formation de personnels enseignants de vie scolaire, mais aussi des personnels de santé : des médecins et infirmières scolaires, des personnels sociaux : conseiller(e)s psychologues et assistant(e)s sociaux, intégrés à des équipes pédagogiques stables au sein des établissements scolaires.


Documents joints

Word - 27.5 ko
Word - 27.5 ko