DECLARATION DE LA FCPE DU VAL DE MARNE

vendredi 13 novembre 2009
popularité : 24%

La FCPE du Val de Marne tient à réaffirmer son attachement aux valeurs de l’école publique, laïque et gratuite qui doit assurer les mêmes droits à l’éducation pour tous les élèves.

C’est pour cette raison que la FCPE 94 s’oppose à la suppression des deux heures d’enseignement hebdomadaire pour tous les élèves. L’aide aux élèves en difficulté, dispensée pendant le temps scolaire, par les enseignants du Réseau d’Aide Spécialisé aux Elèves en Difficultés (RASED) spécialisés dans la remédiation des difficultés d’apprentissage, a ainsi été remplacée par des heures d’aide individualisée, dispensées hors temps scolaire et par des enseignants non spécialisés.

La FCPE du Val de Marne tient à réaffirmer son attachement aux valeurs de l’école publique, laïque et gratuite qui doit assurer les mêmes droits à l’éducation pour tous les élèves.

C’est pour cette raison que la FCPE 94 s’oppose à la suppression des deux heures d’enseignement hebdomadaire pour tous les élèves. L’aide aux élèves en difficulté, dispensée pendant le temps scolaire, par les enseignants du Réseau d’Aide Spécialisé aux Elèves en Difficultés (RASED) spécialisés dans la remédiation des difficultés d’apprentissage, a ainsi été remplacée par des heures d’aide individualisée, dispensées hors temps scolaire et par des enseignants non spécialisés.

Cette mesure s’est concrètement traduite nationalement par la suppression de 3 000 postes de RASED. Dans le département, pour l’année 2009, ce sont 99 postes de RASED qui sont supprimés. Et combien d’autres en 2010 ?

Le redéploiement des moyens du fait de la suppression des postes RASED aboutit à priver au moins mille élèves sur le département, de l’aide spécialisée à laquelle ils ont droit, et près de 150 000 élèves au niveau national. Ainsi certaines écoles de notre département n’ont plus aucune intervention d’enseignants du RASED, et dans d’autres écoles cette intervention sera réduite à peau de chagrin.

A cette situation s’ajoute celle de l’accueil des élèves handicapés. Dans le département, le Ministère a mis fin au contrat de plusieurs centaines d’emplois précaires, dont les AVS, auxiliaires de vie scolaire pour les élèves handicapés. La plupart n’ont pas été remplacés à cette rentrée. Actuellement, ce sont des centaines d’élèves qui sont scolarisés sans la présence d’un AVS, alors même que cet accompagnement relève d’un besoin indispensable, décidé comme tel, par la Maison Départementale des Personnes Handicapées.

Au niveau de la petite enfance, la FCPE 94 s’inquiète du fait que de nombreux enfants de deux ans ne trouvent plus de place dans les écoles maternelles. La FCPE s’oppose à la mise en place de jardins d’éveil payants, qui accueillent des enfants de cette classe d’âge, et visent à se substituer à des classes de petites sections des écoles maternelles publiques.

La FCPE 94 rappelle son opposition, depuis sa création, à la mise en place des fichiers Base élèves. Sa nouvelle mouture continue de poser problème. Tout d’abord, les champs disparus peuvent réapparaître après la généralisation du fichier, et il est clair que ce fichier est évolutif. De plus, le numéro national d’identifiant de chaque élève, qui le suivrait sur l’ensemble de sa scolarité, n’est pas sans soulever encore de vives inquiétudes, aggravées par le fait que la protection de la confidentialité des données n’est pas, et ne peut pas être garantie. La FCPE continue donc de demander le retrait pur et simple de Base élèves.

Vitry S/Seine, le 9 novembre 2009