Sage VACANCES : la FCPE écrits aux maires du Val de Marne

vendredi 4 juillet 2008
popularité : 25%

Madame, Monsieur le Maire,

Dans le cadre de l’organisation de stages de remise à niveau durant les vacances d’été, l’Inspection Académique vous sollicite pour mettre à disposition les écoles de votre commune.
Cette mesure s’appuie sur la légitime demande des parents qui souhaitent voir lever les obstacles à la réussite de leurs enfants. Toutefois, cette dernière est démagogique et risque fort de créer du ressentiment pour ces familles.

En effet, avec la marchandisation de l’école, les entreprises privées ont développé une offre onéreuse qui laisse à penser que les difficultés peuvent se résorber avec un « entraînement intensif » de quelques jours.
Or, ce qui favorise la réussite scolaire pour tous, comme les études le prouvent, c’est la mixité, sociale et de genre. C’est apprendre ensemble, dans la même classe le même enseignement. Dès lors, la difficulté scolaire doit être traitée au sein de l’enseignement obligatoire. Elle nécessite une évolution des formations du personnel, une coopération pluridisciplinaire, une diffusion des résultats de la recherche ainsi qu’une attention sur les effectifs d’élèves par classe.

Vous le savez, les dernières réformes augmentent le programme scolaire mais diminuent les heures de cours (moins 72h par an) et réduisent en peau de chagrin les moyens du Rased remettant gravement en cause sa pérennité, (quarante postes en moins soit 1000 élèves qui ne bénéficieront plus de ce soutien à la rentrée dans notre département). Elles suppriment des milliers de postes de personnel administratif, de conseillers d’orientation et d’enseignants, bien que les services du rectorat confirment l’absence de remplaçant en physique chimie, en anglais, en comptabilité… ce qui, par conséquent et malgré la baisse démographique, augmentera les effectifs dans nombre de sections. Elles développent la précarité du personnel de vie scolaire alors même qu’il n’y avait aucun CPE remplaçant pour toute l’académie de Créteil l’an dernier. Elles prévoient même la disparition de l’Institut Universitaire de Formation des Maîtres. En outre, en organisant l’école après l’école, d’une part, elles détériorent les rythmes scolaires au mépris des préconisations des chercheurs et des chrono biologistes mais isolent des autres familles, des enfants et des parents bien souvent éloignés des attendus scolaires.
Connaissant déjà le résultat de cette macabre équation, comme semble le prouver le piètre bilan des premiers stages effectués à Pâques, les pouvoirs publics auront alors toute légitimité pour stigmatiser cette population, rappelant ainsi les heures sombres de notre histoire.

Enfin, ces prérogatives sollicitent aussi les moyens des collectivités locales. Elles risquent ainsi d’accentuer les inégalités entre communes et de leur déléguer à terme la gestion de l’échec scolaire avec la possibilité de voir alors se former « de pauvres écoles pour de pauvres enfants »
Pour la FCPE, l’Education Nationale doit disposer des moyens adéquats pour permettre la réussite au plus haut niveau de tous les enfants et les jeunes du Val de Marne. Force est de constater que les dernières orientations non seulement ne permettent pas d’atteindre cet objectif mais altèrent gravement les capacités du service public d’éducation.

C’est pourquoi Madame et Monsieur le maire nous vous demandons de ne pas leurrer parents et enfants, de ne pas cautionner de telles orientations et de refuser de mettre vos locaux à disposition. Certaines municipalités du Val de Marne ont déjà fait ce choix.
Comptant sur votre soutien et dans l’attente de votre réponse, recevez Madame, Monsieur le Maire nos salutations les plus distinguées. …