Non à la répression, Les lycéens veulent être entendus

dimanche 6 avril 2008
popularité : 35%

Depuis plusieurs semaines, les dizaines de milliers de lycéens, enseignants et parents qui manifestent leur opposition aux projets de suppressions massives de postes et de BEP dans le second degré, ne sont toujours pas entendus.

Pis, alors que la mobilisation gagne chaque jour de nouveaux lycées de notre académie, les Autorités publiques ont choisi la répression plutôt que la négociation.

Depuis plusieurs semaines, les dizaines de milliers de lycéens, enseignants et parents qui manifestent leur opposition aux projets de suppressions massives de postes et de BEP dans le second degré, ne sont toujours pas entendus.

Pis, alors que la mobilisation gagne chaque jour de nouveaux lycées de notre académie, les Autorités publiques ont choisi la répression plutôt que la négociation.

Ce jeudi 3 avril, des centaines de lycéens de Léon-Blum, Gutenberg, Saint-Exupéry et Branly (Créteil), rassemblés en cortège vers le Rectorat, ont subi plusieurs charges de CRS. Les policiers n’ont pas hésité à se servir de leur matraque et de leur flash ball. Ainsi, lors de l’un de ces assauts, plusieurs lycéens, ainsi que des élèves du collège Pasteur à proximité, ont été légèrement blessés. C’est inadmissible !

La FCPE 94 condamne la répression et toute tentative de criminalisation du mouvement lycéen !

Au moment où Monsieur Darcos, ministre de l’Education nationale, était en visite dans notre académie, cette réponse répressive est une atteinte grave et inadmissible au droit des jeunes à manifester pour leurs conditions d’études et leur avenir. C’est une pente dangereuse qui ne fera qu’amplifier la colère et les protestations.

Si la FCPE 94 condamne les actes de dégradation (dans le lycée Saint-Exupéry par exemple), elle met en garde contre tout amalgame.
Elle s’inquiète de sanctions qui seraient ou pourraient être prises au sein d’établissements à l’encontre de lycéens qui n’ont fait qu’exercer leur citoyenneté. Cela ne ferait qu’accentuer encore le sentiment d’injustice.

La FCPE 94 réaffirme son soutien aux revendications et appelle les parents d’élèves à poursuivre et amplifier la mobilisation aux côtés des lycéens et des enseignants.

Vitry le 3 avril


Commentaires  forum ferme

Logo de Mireille jacob
Non à la répression, Les lycéens veulent être entendus
dimanche 6 avril 2008 à 22h52 - par  Mireille jacob

je partage tout à fait ce point de vue. Le comportement de la police est inacceptable. Il faut que ça se sache.

Néanmoins,ces faits navrants ne gâcheront pas ma satisfaction de voir que contrairement à ce que certains veulent faire croire notre jeunesse n’est pas égoïste, apathique. Parmi les lycéens qui étaient devant le rectorat ce jour, qui y seront encore mardi , qui seront à Paris le 10, il y en a qui sont à quelques semaines des épreuves du Bac, qui pourraient ne plus se sentir concernés. Il faut les soutenir pour qu’ils continuent à croire aux valeurs de la solidarité.

Mireille jacob ( Vincennes)