Libérez Guy MÔQUET !

mercredi 24 octobre 2007
popularité : 24%

Madame Rachida DATI, garde des Sceaux, s’est invitée au collège Guy MOCQUET de Villejuif ce 22 octobre, jour où les enseignants des lycées sont tenus par le gouvernement de lire la dernière lettre du jeune résistant communiste Guy Môquet, fusillé à 17 ans en 1941.

Cette instrumentalisation politique de l’Histoire n’a rien à voir avec l’hommage nécessaire à l’œuvre de la Résistance. Outre l’entorse au principe de laïcité et le mépris pour la liberté pédagogique des enseignants, cette opération politique sonne comme une provocation.

D’une part, parce que le sens global de la politique du gouvernement Sarkozy que vient représenter Madame DATI est aux antipodes des valeurs de la Résistance. Comme l’a cyniquement résumé Denis KESSLER, l’ancien numéro 2 du MEDEF, toutes les mesures du gouvernement d’aujourd’hui visent à « défaire méthodiquement le programme du Conseil national de la Résistance », bref le peu qu’il reste d’égalité dans notre pays, héritage de la Libération. Le projet de loi Hortefeux, avec l’immonde disposition concernant les tests ADN, en réduisant l’immigré à sa fonction économique et le privant de fait du droit de vivre en famille, est une grave rupture avec les valeurs de la République.

D’autre part, parce que ce même 22 octobre, un professeur des écoles, Florimond GUIMARD, est traduit devant les tribunaux par le gouvernement pour avoir, avec deux cents autres personnes, manifesté son opposition à l’expulsion d’un parent d’élèves sans-papiers. En cas de condamnation, il risque d’être radié de la fonction publique.

Résister se conjugue au présent, disait Lucie AUBRAC. Rien n’autorise le gouvernement à prendre Guy MOQUET en otage une seconde fois. Résister aux lois injustes, c’est un combat encore actuel. Etre digne des 27 fusillés de Châteaubriant, c’est s’opposer aux régressions sociales et à la traque des sans-papiers, qui se traduit par des rafles dans nos quartiers ou par l’arrestation de familles entières à domicile. En ce sens Guy MOQUET n’est pas mort : il s’oppose quotidiennement aux ignominies commises en notre nom par le gouvernement.

RESF94


Documents joints

Word - 35.5 ko
Word - 35.5 ko