Une mère sans-papiers remise en liberté après deux semaines de rétention (la dépeche de l’education)

vendredi 25 janvier 2008

Une mère sans-papiers remise en liberté après deux semaines de rétention

Une mère de famille sans-papiers d’Ivry-sur-Seine (Val-de-Marne), interpellée début janvier et placée en centre de rétention, a été remise en liberté mardi par le juge des libertés et de la détention de Versailles chargé de statuer sur son cas, a-t-on appris jeudi auprès de la FCPE et de RESF.

Nakesu Sebowa, originaire de la République démocratique du Congo (RDC) et mère de deux enfants de 10 ans et 5 ans scolarisés à l’école primaire Makarenko d’Ivry-sur-Seine, avait été arrêtée le 4 janvier devant son domicile. Elle avait été placée au centre de rétention de Plaisir (Yvelines).

Mardi, le JLD du tribunal de Versailles a estimé son "maintien en rétention irrecevable", ont indiqué dans un communiqué les parents d’élèves FCPE qui la soutenaient et le Réseau Education sans frontières (RESF).

Le parquet n’ayant pas fait appel, Mme Sebowa a été remise en liberté après l’audience, a précisé à l’AFP Jeanne Zerner, représentante des parents d’élèves FCPE de l’école Makarenko.

Celle-ci a pu retrouver mardi ses deux enfants, pris en charge par une tante depuis l’arrestation de leur mère. "Son fils de 10 ans doit partir demain (vendredi) en classe de neige pour 15 jours. Avant, il ne savait pas s’il retrouverait sa maman en rentrant", a ajouté Mme Zerner.

"On se réjouit, mais on reste vigilant. Notre prochain combat, c’est sa régularisation et l’annulation de l’APRF (arrêté de reconduite à la frontière)" dont elle fait l’objet, a-t-elle poursuivi.

Le tribunal administratif de Melun avait confirmé le 9 janvier l’APRF visant Mme Sebowa qui avait déposé, sans succès, une demande de régularisation dans le cadre de la circulaire du 13 juin 2006 sur les parents sans papiers d’enfants scolarisés en France.



Toutes les brèves du site