EDUCATION PRIORITAIRE EN VAL DE MARNE, EXIGEONS PLUS POUR CEUX QUI ONT MOINS !

vendredi 12 décembre 2014
popularité : 41%

La FCPE 94 dénonce la mascarade de concertation et l’absence de transparence des autorités académiques sur le choix des établissements rentrant dans l’éducation prioritaire dans le cadre du nouveau dispositif.

Notre département cumule les difficultés tant économiques que sociales, ce qui fait que les collégiens supposés « privilégiés » dans la refondation de la carte paient un lourd tribut. Pire encore, la carte des établissements du premier degré non dévoilée fera subir la double peine aux élèves qui subissent déjà la réforme des rythmes scolaires. Certains établissements glissent du dispositif ou n’y entrent pas, par un jeu de découpages et de critères obscurs, alors que leur situation est quasi identique à d’autres qui y sont.
Leur ôter cette bulle d’oxygène, c’est rompre l’égalité du service public de l’Education Nationale sur des territoires fragilisés et des populations en détresse.

L’objet de l’éducation prioritaire n’est pas de déshabiller Pierre pour habiller Paul, en partant d’un budget restreint, mais de donner plus de moyens à ceux qui ont moins, en partant de la réalité des besoins sur le terrain.

A cet égard, nous exigeons un plan de rattrapage pour le Val de Marne afin que les moyens alloués soient au moins égaux à ceux de Paris par exemple. Un élève Val de Marnais a droit aux mêmes moyens !
De plus, la sortie de ZEP aura la conséquence gravissime de précariser le corps enseignant et de déstructurer la continuité des équipes pédagogiques, alors que ce sont des gages de maintien d’une éducation de qualité.

Pour toutes ces raisons, la FCPE 94 appelle ses adhérents, ses sympathisants et tous les parents à se mobiliser dans le Val de Marne et à participer aux côtés des enseignants à la manifestation régionale prévue

le mercredi 17 Décembre 2014 à 14h aux Invalides

La mobilisation est en route dans de nombreux établissements du val de marne


Documents joints

Communiqué du 12 décembre sur l'éducation (...)
Communiqué du 12 décembre sur l'éducation (...)