DECLARATION DU CDPE DU VAL DE MARNE au Congrès national, Dijon, 07/06/14

lundi 16 juin 2014
popularité : 25%

Chers Amis,

Nous tous, ici, travaillons au quotidien pour les enfants. Or, que constatons-nous chaque jour sur le terrain (en tout cas celui du Val de Marne) ?

  • Des créations de postes qui ne suivent même pas l’évolution des effectifs scolaires. Résultats : des effectifs par classe en hausse partout, des décloisonnements qui disparaissent, des choix de langues supprimés, etc. ;
  • Des non-remplacements toujours aussi fréquents, et qui vont s’aggraver à la rentrée prochaine ;
  • L’absence criante de prise en charge adaptée de la difficulté scolaire : après la quasi-disparition des Rased, ce sont maintenant les classes relais, rebaptisées UPE2A, qui sont sabrées…(quoiqu’en ai dit le ministre ce matin) ;
  • Le détricotage des ZEP, par la réduction progressive des moyens spécifiques... (liste non-exhaustive).

Nous sommes aussi confrontés à un système scolaire qui aggrave les inégalités sociales. C’est le fait notamment des programmes de 2008, de la mise en compétition permanente des élèves, de la répartition des moyens (par exemple dans le secondaire l’Education nationale met presque 1,5 fois plus de budget par élève dans l’académie de Paris que dans celle de Créteil), ou bien de l’argent public qui finance proportionnellement plus le privé…
Nous avons d’ailleurs, avec d’autres, alerté les autorités sur le collège-lycée privé Epin, un établissement lucratif qui reçoit des fonds publics et reverse de forts bénéfices à ses actionnaires. Un enquête est en cours, le conseil général a suspendu sa subvention, et la région s’apprête à faire de même.

Ce qui nous réunis, nous tous ici, ce sont de grandes et belles valeurs d’émancipation, de respect, d’égalité, de laïcité, d’accès aux savoirs et à une culture commune, de réussite de tous les élèves.
Avec ce socle de valeurs, nous devons, ensemble, nous battre :

  • pour un système scolaire qui donne plus à ceux qui ont le moins,
  • pour une pédagogie de la réussite de tous et de chacun (ce qui commence par un regard positif porté sur chaque enfant),
  • pour des conditions d’accueil adaptées (aux moins de 3 ans, aux enfants en situation de handicap, aux rythmes des enfants…),
  • pour un traitement spécialisé et adapté de la difficulté scolaire (il faut que la lutte contre l’échec scolaire sorte des discours pour aller dans le quotidien des établissements).

Pour avancer, pour transformer le système éducatif, nous avons besoin d’une FCPE forte, indépendante, inventive.
Nous avons des militants. Nous avons des valeurs. Il nous faut aussi exploiter la richesse de notre diversité interne en permettant le débat d’idées et la construction de positions collectives.
Avec le courant Ambitions FCPE, nous sommes certains que cela passe par la parité et la proportionnelle
C’est seulement en valorisant notre diversité que nous éviterons la sclérose et que nous mettrons nos valeurs et le débat démocratique au service des enfants.