Elémentaire : un service public pour une école citoyenne

vendredi 17 août 2012
popularité : 31%

Nos enfants, qui ont appris à devenir élèves en maternelle, doivent pouvoir attendre de l’école élémentaire l’acquisition des savoirs fondamentaux nécessaires tout au long de leur scolarité et de leur vie : maîtrise de la langue, lecture, écriture, calcul, éducation scientifique, artistique, physique et sportive mais aussi la découverte du monde qui nous entoure par l’histoire, la géographie, et une langue étrangère. Outre l’enseignement de l’éducation civique, les élèves font l’apprentissage du vivre ensemble (égalité, reconnaissance, tolérance...).

Depuis cinq ans, la succession des réformes a remis en cause cette ambition, en centrant l’enseignement sur le lire-écrire-compter-obéir (socle commun) et en dégradant les conditions d’apprentissage : suppression de 2 heures et du samedi matin, abandon de la formation professionnelle des enseignants, non respect des seuils d’effectifs par classe, évaluations CE1 CM2 visant des objectifs de fichage et de mise en concurrence de élèves et des écoles. En outre, les conditions d’accueil et d’accompagnement spécifiques qui favorisent la réussite de l’école pour tous ont été sacrifiées : accueil précaire des élèves handicapés, disparition des soutiens langue et lecture en Zones d’Education Prioritaires (ZEP) et liquidation des équipes pluridisciplinaires d’aide spécialisée (RASED). Le nouveau ministre de l’Education nationale dit vouloir faire de l’école primaire une priorité et a annoncé son intention de remettre en cause certaines réformes (évaluations, formation des enseignants, ...). Mais au-delà de mesures d’urgence très insuffisantes pour cette rentrée, il faut impérativement refonder l’école en s’attaquant aux causes des inégalités sociales et scolaires.