Urgence pour l’école publique : priorités et exigences de transformation

 mai 2012
popularité : 47%

Publiée fin mars par Luc Châtel, la circulaire de rentrée 2012 illustre et poursuit le plan de casse de l’école publique engagé depuis 5 ans. Evaluations en maternelle, individualisation des parcours, orientation précoce et apprentissage dès 14 ans, dispositif ECLAIR,… il y a urgence à abroger des mesures et réformes iniques !

En finir avec l’ “évaluationite” aiguë

L’axe principal de la circulaire est la « personnalisation du parcours scolaire » qui s’appuie sur les évaluations CE 1 et CM2. Or, on peut s’interroger sur la fiabilité des résultats, vu leur élaboration ainsi que les conditions de passations de ces évaluations. D’autant que dans les études internationales, les résultats n’ont pas cessé de régresser.
La casse de la maternelle se poursuit : une version relookée de l’évaluation des élèves de grande section est baptisée "outil d’observation des besoins" et « aide différenciée ciblée ». Ce tri social, dès le plus jeune âge, a été massivement rejeté à la rentrée 2011 !
Concernant la scolarisation des enfants en situation de handicap, si la priorité est clairement affichée, les moyens pour la mise en œuvre effective ne sont toujours pas au rendez-vous…
Pour le 1er degré, le maître mot de la rentrée 2012 est donc « évaluer ». En permettant de définir les besoins de chaque élève, il s’agit de mettre en place « la personnalisation des parcours au collège ».

Non à la casse du collège unique

Cette circulaire, telle qu’elle a été préparée par Luc Chatel, confirme le développement de l’apprentissage dès 14, voire 13 ans. Orientation dès la 5ème, via une évaluation nationale, vers des dispositifs d’alternance et d’apprentissage, transformation de la 3ème découverte professionnelle 6 heures en « classe préparatoire à l’enseignement professionnel » effectuée en lycée professionnel. C’est la fin du collège unique et le tri social généralisé, d’autant qu’en matière d’évaluation du DNB, on ne sait toujours pas comment le socle commun est évalué et par rapport à quels items. C’est donc la porte ouverte à un DNB à plusieurs vitesses.

Remise en cause de l’accès à l’université !?

De nouvelles consignes concernent l’orientation post-bac pro. : « la poursuite d’études supérieures des bacheliers professionnels doit faire l’objet d’une attention particulière. Si les sections de techniciens supérieurs (STS) paraissent la poursuite d’études la plus adaptée aux élèves issus de la voie professionnelle, l’accès aux IUT et aux cursus LMD doit être exceptionnel et appréhendé de manière individualisée ».
La FCPE 94 milite pour une orientation choisie et non subie. Cela passe par la création d’un véritable service public de l’orientation, avec le développement. C’est aussi une toute autre réforme des lycées qu’il faut mettre en œuvre, en permettant aux jeunes d’accéder au baccalauréat de leur choix quel que soit le territoire.


Commentaires  forum ferme