« Comprendre les mécanismes d’apprentissages de vos enfants pour mieux les accompagner dans leur scolarité. » - Conférence Débat le 04 octobre 2011 à Charenton

Animée par Jonathan Levy psychopédagogue et formateur en pédagogie
mercredi 5 octobre 2011
par  Briand A et B
popularité : 31%

Comment aider mon enfant à s’épanouir à l’école ?
Créer un sens face aux savoirs

Jonathan Levy
Le niveau réel d’un pays se mesure à l’attention qu’il accorde à ses enfants, à leur santé et à leur sécurité, à leur situation matérielle, à leur éducation et à leur socialisation, ainsi qu’à leur sentiment d’être aimés, appréciés et intégrés dans les familles et les sociétés au sein desquelles ils sont nés. UNICEF

Les Concepts clés :
Il est important aujourd’hui de changer les mentalités et les pratiques qui peuvent mieux répondre à la diversité des individus et de leurs apprentissages, valoriser la réalisation du potentiel individuel.
Le bien-être : une priorité de politique pour les enfants et la jeunesse en Europe réclame une NOUVELLE MENTALITÉ qui est basée sur les changements suivant :

• comment nous pensons aux enfants

• comment nous pensons à l’apprentissage

• comment nous pensons à la santé

• comment nous pensons à l’éducation

L’approche de bien-être de l’enfant droit être basée, sur une approche holistique (aspects physiques, mentales, affectif et spirituelles). Il interroge 3 grands services : Services Sociaux, éducation et santé. Le bien-être des enfants a pour but d’aider les jeunes à trouver un sens de bonheur intérieur et une forme de la vie qui adapte à leur nature. Il est construit sur la convention des Nations Unies des droits de l’enfance et reflète les quatre piliers de l’étude définis par le rapport à l’UNESCO de la Commission internationale sur l’éducation pour le 21ème siècle :

Apprendre à savoir

Apprendre à faire

Apprendre à vivre ensemble

Apprendre à être.

La diversité et l’apprentissage sont non seulement liés dans les théories pédagogique et pratiques, mais sont biologiquement nécessaires pour le développement d’enfant normal.
Les relations famille/école potentiellement peuvent explorer l’interdépendance de la diversité et de l’apprentissage.
Une pédagogie globale doit être une pédagogie de la co-construction de la connaissance dans laquelle les " éducateurs " et les " apprenants " ne sont pas seulement les acteurs mais les auteurs de la production de nouveaux sens et de nouvelles pratiques. Il y a un rapport avec la notion d’étrangeté. Il s’agit de découvrir quelque chose qui est différent de nous. Pour cela, il est nécessaire d’intégrer une approche pluridisciplinaire, une méthodologie groupale, une pédagogie " expérientielle ", Une pédagogie novatrice doit tenir compte, dans un contexte de diversité culturelle, de ce que c’est « apprendre », acte riche de sa complexité, des différentes conceptions pédagogiques, des modèles et théories pédagogiques et enfin des méthodes et techniques.
Quant à la diversité des contextes (famille/école), elle devient source d’enrichissement mutuelle lorsqu’elle est abordée sur le mode relationnel qui fait appel au multiculturel pour le transformer en interculturel (interactions et partage au prix de malentendus, tensions voire même des conflits) qui finit par dessiner les horizons du transculturel (un espace en permanente expansion faite de l’apport de tous les acteurs).

Par conséquent, le choix pédagogique se doit d’être exemplaire de la relation pédagogique basée sur le respect et la dignité et des méthodes qui permettent aux enfants non seulement de comprendre mais également d’exprimer. La pédagogie vue par Janusz Korczak 1878/1942 est un formidable levier pour contribue au développement de l’enfant dans un contexte sociale et donc sa socialisation. Une des conditions pour que ça marche c’est la reconnaissance de L’autodétermination de l’identité de l’enfant : Prendre en compte l’aspect fondamental de la liberté de l’enfant à l’autodétermination de son identité, en transformation constante suivant le contexte changeant. Le respect et la dignité de l’enfant dépendent de notre capacité d’accepter sa liberté, et de ne pas constamment projeter une identité pré-construite sur l’enfant, ce qui limite son potentiel de développement et apprentissage

Quelques pistes pour le développement de confiance en soi :

 Sens ou non-sens face aux savoirs scolaires ?

Dont des apprentissages

Étape 1 : Posez des questions de compréhension /représentations des mots et des concepts.

Étape 2 : Discuter sur différents sens ensemble, créer un sens commun l’habitude d’argumenter, de conceptualiser, de verbaliser leur pensée, d’expliciter le sens des mots ou la trame d’un raisonnement, de faire des schémas, de trouver des exemples, de poser des questions, d’identifier des erreurs cruciales dans le travail de l’enfant.

 La formation d’identités des enfants (qui suis-je ?)

Un espace/temps pour expérimenter : « Qui suis je ? »Prendre l’individu dans sa globalité La péage à éviter dans une vision de diversité c’est de réduire l’individu à une dimension culturelle et par conséquences produire un stéréotype. Au contraire il faut prendre l’enfant comme un être avec ses diverses facettes et dans ses dynamiques, changeantes, évolutives, et contextuelles. C’est à dire les aspects culturelles ne sont pas figés, mais grâce à la diversité des rencontres évoluent sans cesse, et donc d’éviter de plaquer des étiquettes, labels, et d’autres catégorisations toute faites.

 Rapport avec l’étrangeté
L’enfant a besoin de situations et de supports variés, stimulants, et changeants

 Créer des communautés d’apprentissage et des projets collectifs
Il faut promouvoir l’entraide entre enfants/élèves dont toutes les recherches montrent l’impact très positif.

Jonathan LEVY, psychopédagogue
Formateur d’enseignants et de formateurs d’adultes. Né en Angleterre, où il a fait ses études en pédagogie et Sciences de l’Éducation, il vit et travaille en France depuis 30 ans. Il conçoit et anime des dispositifs de formation pédagogique d’enseignants/éducateurs et de formateurs dans les secteurs de l’éducation, du travail social, et des ONG. Il est consultant en pédagogie pour UNESCO et il est Vice-président AFJK - (Association Française de Janusz Korczak) et ancien président de SIETAR EUROPA - (La Société pour l’Éducation, la Formation et la Recherche Interculturelles).


Documents joints

affiche sur la conférence débat
affiche sur la conférence débat