Point sur affelnet

lundi 2 mai 2011
popularité : 20%

L’IA réunissait les fédérations de parents d’élèves pour présenter les nouveautés concernant l’affectation.

Dans un contexte de réduction drastique des moyens de fonctionnement de l’éducation nationale, avec pour conséquence outre le gonflement des effectifs dans toutes les classes, le nombre de places pour accueillir tous les élèves dans les établissements s’amenuisent. C’est dans ce contexte que la procédure d’affectation des élèves s’informatise.

Affectation en Sixième :

Depuis la rentrée 2009, c’est le logiciel Affelnet qui affecte les élèves de CM2 dans les collèges. Cette année nous sommes alertés par des conseils locaux, parce que l’inspection aurait passé pour consigne de ne plus inviter les parents d’élèves aux commissions d’harmonisation. Nous avons saisie l’IA sur cette question et demandons à tous nos conseils locaux d’interpeller leur IEN pour demander à participer aux commissions d’harmonisation de passage du CM2 en sixième.

Rappel du texte réglementaire :

« Continuité école-collège : note de service n° 82-381 du 7 septembre 1982 », BOEN nos 32 du 16 septembre 1982 et 37 du 21 octobre 1982, RLR : 522-1A. Ce texte adressé aux recteurs, aux IA, aux IDEN, aux principaux de collège et aux directeurs d’école a fait de l’amélioration de la continuité entre l’école et le collège un « objectif fondamental ». Quatre pistes sont proposées :

- Une action commune de formation continue pour les enseignants (journées pédagogiques communes organisées par l’inspecteur d’académie, élaboration de référentiels d’évaluation, réflexion sur le vocabulaire et son acquisition…) ;

- Des actions de préparation dès l’école à l’entrée au collège (usage du premier cahier de textes, activités par ateliers, activités de soutien par un instituteur rattaché à l’école, présentation aux CM2 des diverses langues vivantes, visite de familiarisation des CM2 au collège…) ;

- Des actions pour développer l’accueil et les échanges au collège (première journée de rentrée consacrée aux 6ème, parrainage d’un élève de 6ème par un élève de 5ème ou 4ème, participation des instituteurs aux premiers conseils de classe, ouverture du CDI aux élèves de CM2…) ;

- Une coordination de la réflexion lors de la procédure d’admission au collège (commissions d’harmonisation élargies aux membres de la communauté scolaire et présidées par l’IDEN pour faciliter les évaluations des élèves de CM2, utilisation des compétences spécifiques des CIO…).

La procédure est décrite dans la présentation de l’inspection.

Le collège de secteur est l’affectation prioritaire, les conditions de dérogation restent inchangés :

S’il n’est pas possible de satisfaire toutes les demandes, les dérogations seront accordées en tenant compte de l’ordre de priorité suivant établi par le ministère de l’éducation nationale :

1. élève souffrant d’un handicap

2. élève nécessitant une prise en charge médicale importante à proximité de l’établissement demandé

3. élève boursier sur critères sociaux

4. élève devant suivre un parcours scolaire particulier

5. élève dont un frère ou une sœur est en cours de scolarité dans le collège sollicité

6. élève dont le domicile, en limite de secteur, est proche de l’établissement souhaité

Affectation en seconde GT :
L’affectation en seconde GT devient d’année en année de plus en plus problématique. Le taux d’orientation vers la 2nde GT est en baisse d’un point dans notre département : 64%, mais reste de deux points supérieur à la moyenne nationale. A l’issue de la seconde notre département souffre d’un taux de réorientation de 7,1% supérieur d’1 point à la moyenne nationale et de redoublement de 12,4% supérieur de 2 points à la moyenne nationale.

L’ouverture de la carte scolaire a accentué le comportement clientéliste des parents d’élèves qui sont plus nombreux à solliciter les "établissements renommés" au détriment des lycées de secteur. Notre fédération a en son temps dénoncé cette mesure d’"ouverture de la carte scolaire" qui n’est qu’un leurre puisque les murs des établissements n’étant pas extensibles les proviseurs en ont profité pour sélectionner les meilleurs élèves.

En ce qui concerne la procédure d’affectation en 2nde GT, le calendrier se trouve dans la présentation de l’IA. La nouveauté 2011, c’est les retours du privé vers le public qui sont pris en compte dès le début de la procédure, alors que les années précédentes ceux-ci n’étaient pris en compte que lors de la première commission d’ajustement en juillet.

Cette année encore il vaudra mieux être affecté avant les deux commissions d’ajustement de l’été, car les établissements étant déjà bondés après la première affectation, à l’issue des commissions un grand nombre de lycéens se trouvent affectés loin de leur domicile, quand ils ont une affectation. Le dispositif SOS rentrée enregistre une partie des jeunes non affectés et avait encore au 31/10/2010 6 jeunes non affectés pour la seconde GT (les principales difficultés se situent dans le « droit au redoublement » et les choix des options qui ne sont toujours pas respectés.)

Affectation vers la voie professionnelle :
C’est le point dur de l’affection (Après la troisième, réorientation après la seconde ou encore de la continuité de la scolarité après un BEP ou un CAP). SOS rentrée enregistrait près de 50 jeunes encore non affectés au 31/10/2010 dans notre département.

L’offre dans notre académie est inférieure à la demande : 17 378 places pour 19 795 élèves en post-3ème, 1 517 places pour 1875 élèves en post-2 de et 6 124 pour 7 341 élèves en post-CAP et BEP !

Des taux d’affectations inférieurs en 2010 par rapport à 2009, alors que la situation globale était plus « confortable » (moins d’élèves pour plus de places) : au total, ce sont 16 % des élèves qui ont postulé en Voie Pro qui n’ont pas eu d’affectation en septembre, contre moins de 8 % à la même période en 2009 …. C’est aussi moins d’élèves affectés en juin et juillet en 2010 qu’en 2009 !

L’an dernier la procédure d’affectation avait commencé plus d’un mois avant les conseils de classe ce qui avait eu pour double effet de :

* démobiliser les élèves avant la fin de l’année scolaire ;
* contraint les élèves et les familles à faire des vœux de précaution au cas ou le ou les premiers vœux n’auraient pas été acceptés.

Ce dernier point a lourdement perturbé la procédure d’affectation dans un contexte de pénurie. En effet, les élèves dont les dossiers étaient bons ont été retenus dans plusieurs établissements sans que les chefs d’établissements aient pu faire part à l’IA avant la seconde commission d’ajustement fin août que les places étaient libres.

Cette année l’IA a même mis au point un logiciel (SDA) pour tenir compte de ce problème, mais les élèves risquent encore cette année d’essuyer les plâtres de la mise au point de celui-ci et du manque de personnel de l’IA pour traiter l’information.