Les parents d’élèves FCPE du Val de Marne refusent la dégradation programmée de l’enseignement public

vendredi 15 décembre 2006
popularité : 49%

Les enseignants des collèges et lycées à l’appel de l’ensemble des syndicats d’enseignants seront en grève le lundi 18 décembre 2006.
La modification du décret de 1950 régissant le statut des enseignants aura une conséquence directe sur nos enfants.
Cette modification va dans le droit fil de la loi Fillon, d’un ensemble de mesure qui démentielle l’education nationale, prônant le bivalence (deux matières enseignées), les audits sur les horaires des collèges et lycées qui amputent les horaires disciplinaires supprimant les demi groupes, renforcement de l’autonomie des établissement, des « collèges ambitions réussite » prélude au sabordage des ZEP, la suppression massive des postes du second degrés.

Les enseignants des collèges et lycées à l’appel de l’ensemble des syndicats d’enseignants seront en grève le lundi 18 décembre 2006.

La modification du décret de 1950 régissant le statut des enseignants aura une conséquence directe sur nos enfants.
Cette modification va dans le droit fil de la loi Fillon, d’un ensemble de mesure qui démentielle l’education nationale, prônant le bivalence (deux matières enseignées), les audits sur les horaires des collèges et lycées qui amputent les horaires disciplinaires supprimant les demi groupes, renforcement de l’autonomie des établissement, des « collèges ambitions réussite » prélude au sabordage des ZEP, la suppression massive des postes du second degrés.

Cela va se traduire par l’accélération de la casse du service public d’éducation. Illustrations des mesures contenues dans le projet de décret qui conduiront à une dégradation de la qualité de l’enseignement dispensé à nos enfants.

• L’obligation d’enseigner une seconde matière pour laquelle le professeur n’est pas formé ;

. La suppression de la moitié des dédoublements, notamment des modules de Français, Maths et Histoire géo de seconde.

- le renforcement de l’autonomie qu’elle soit financière ou pédagogique augmente inéluctablement les inégalités en fonction du lieu où se trouve l’établissement.

- Les options doivent aussi diminuer en langues, en séries technologiques, en seconde (réduction de 18 à 9 options, ce sont autant de voies de réussite ou de motivation qui vont disparaître le KIT de survie pour les uns, le menu et la carte pour les autres,

- Les postes d’enseignants répartis sur plusieurs établissements y compris sur plusieurs communes et le même jour ! (L’enseignant sera toujours « de passage » dans chaque établissement. Quelle disponibilité réelle aura-t-il auprès des élèves et des parents.

- La suppression d’heures spécifiques consacrées soit aux laboratoires, à l’archivage, la préparation au bac, à l’association sportive (EPS le mercredi après-midi, nos enfants ne seront plus assuré de pouvoir faire du sport le mercredi après midi pour une somme minime par rapport à celle demandée par les clubs payants. Resteront-ils à la rue ?)

Les nouvelles conditions d’enseignement contenues dans le projet de décret du gouvernement ne répondent qu’à une logique comptable à court terme, aggravant les inégalités, précarisant le métier d’enseignant, le tout ayant pour conséquence la dégradation de la qualité du service public d’éducation.

Nous revendiquons l’abandon du projet de décret sur le service des enseignants.

Pour la réussite de tous c’est plus d’enseignants qu’il nous faut, moins d’élèves par classes. Nous revendiquons la qualité de l’enseignement.

Vitry le 15 Décembre 2006


Documents joints

communique grve du 18
communique grve du 18

Commentaires  forum ferme