Nouvel article

vendredi 29 octobre 2010
popularité : 72%

Depuis plus d’une semaine, des milliers de lycéens du Val-de-Marne sont mobilisés contre la réforme des retraites. La FCPE 94 dénonce les provocations et violences policières ainsi que les arrestations arbitraires dont sont victimes beaucoup d’entre eux. Elle dénonce également l’irresponsabilité du recteur et de certains chefs d’établissements qui dénient aux jeunes le droit d’expression.

Le 18 octobre, 68 lycéens, dont de nombreux mineurs de plusieurs établissements du Val-de-Marne ont été interpellés de manière violente alors qu’ils n’ont commis aucun délit ni aucun trouble à l’ordre public. Ils étaient plus de 400 à manifester pacifiquement à Paris leur refus de la réforme, accompagnés d’enseignants. Un lycéen a eu une clavicule cassée suite à la charge des CRS. Ils ont tous été maintenus plusieurs heures au commissariat.

Le 19 octobre, 3 lycéens mineurs de Guillaume Apollinaire (Thiais) et d’Armand Guillaumin (Orly) ont été arrêtés à Orly de manière très violente devant plusieurs parents d’élèves atterrés. Ces jeunes étaient rassemblés devant le lycée Guillaumin pour exprimer leur opinion vis à vis de la réforme des retraites. Ils sont accusés de dégradations et rébellion.

Ces actes se sont produits devant plusieurs autres établissements, comme à Champigny-sur-Marne où deux lycéens manifestants ont été arrêtés et un enseignant a été matraqué, après des provocations policières (intervention des CRS, tirs de grenades lacrymogènes…)

La FCPE Val de Marne dénonce ces violences, s’insurge contre tout amalgame et contre une criminalisation des jeunes. L’immense majorité d’entre eux manifestent sereinement leur opposition à la réforme des retraites.

Elle recommande de nouveau aux parents d’élèves d’être présents devant les établissements concernés pour assurer une vigilance contre tout débordement extérieur et contribuer avec les équipes éducatives à l’expression des lycéens.

Les lycées sont aussi des lieux d’éducation à la citoyenneté dans lesquels doivent être privilégiés les échanges et le dialogue.

FCPE 94, Vitry le 19 octobre