NON, Monsieur le Ministre, la rentrée ne se passe pas bien

dimanche 22 août 2010
popularité : 50%

Postes : 16500 postes supprimés résultat du non-remplacement d’un fonctionnaire sur 2 partant à la retraite. 16000 suppressions sont prévues en 2011. Les effectifs sont en hausse, dans le secondaire, les dotations en heures sont en baisse malgré un accroissement du nombre des élèves. 3500 postes en moins prévus au différents concours de recrutement.

Formation : cette année des étudiants ou des stagiaires sans formation prendront des classes en responsabilité, conséquence de la suppression des IUFM. Enseigner s’apprend mais pas pour ce gouvernement

Rased (réseau d’aide spécialisés) : 3000 postes supprimés l’an dernier au plan national, 22 de plus dans notre département en septembre dernier. Les réseaux d’aide aux enfants en difficulté sont démantelés. Le ministère a laissé entendre qu’il allait en supprimer d’autres. De nombreux élèves sont laissés en souffrance.

Remplacements : de nombreuses classes sont restées sans remplaçant surtout à partir du mois de janvier. Au lieu d’embaucher du personnel formé, le ministère fait appel aux étudiants et aux retraités

Lycées : la réforme se met en place dans le contexte de la réduction des postes. Chaque discipline voit ses heures d’enseignement en diminution. Les dédoublements de classe ne seront plus possible. Beaucoup de postes sont bloqués pour l’accueil des stagiaires.

Bac pro : réduction d’une année de formation (1000 heures d’enseignement en moins). L’avenir de l’enseignement professionnel est en jeu.

Maternelle : le nombre d’enfants de moins de 3 ans accueillis est en baisse constante alors que ce sont les enfants de milieux les plus défavorisés qui en bénéficient le plus. Des menaces pèsent sur les petites et moyennes sections avec la mise en place des jardins d’éveil.

La lutte contre l’échec scolaire passe par un abaissement important des effectifs et des personnels spécialisés en nombre suffisant

Nous appelons l’ensemble des parents et des enseignants à se rencontrer, se mobiliser pour exiger un service public d’éducation de qualité et se faire entendre de notre ministre.

D’ores et déjà la FCPE, et les syndicats enseignants proposent :

- le jour de la rentrée : distribution d’un tract intersyndical à l’entrée de tous les établissements scolaires
Début septembre : des AG parents-enseignants pour envisager les modalités d’action
le 6 septembre : journée de mobilisation pour protester contre toutes les mesures gouvernementales (appel à la grève du SNES et de Solidaires)
le 7 septembre : journée de grève intersyndicale contre la réforme des retraites
le 8 septembre : rassemblement devant le rectorat de Créteil

Nous n’acceptons pas la casse de l’éducation et des autres services publics.
D’autres choix sont possibles.
FCPE 94 Vitry, le 18 Aout 2010


Documents joints

Word - 109 ko
Word - 109 ko