communiqué SNES FCPE 93 94 sur les C.I.O. (Centres d’Information et d’Orientation),

dimanche 6 juin 2010
popularité : 43%

Le Ministère de l’Education nationale prépare une réforme de l’orientation scolaire qui ne répond pas aux besoins des élèves. C’est insupportable pour les familles et inefficace socialement.

Une nouvelle mission pour les enseignants : l’orientation
Ainsi le suivi et le conseil dans l’aide à l’élaboration des projets d’orientation reposeraient exclusivement sur les enseignants : professeurs principaux, mais aussi professeurs référents, tuteurs et professeurs chargés de l’accompagnement personnalisé au lycée ! En cas d’urgence, les élèves pourront toujours tenter de recourir aux plateformes en ligne : mais pour les élèves et les familles comment croire que ceci pourrait remplacer la rencontre avec des professionnels de la psychologie et de l’orientation ?
L’aide à l’orientation ouverte au marché et le réseau des CIO menacé
La loi sur l’orientation et la formation tout au long de la vie introduit le principe de la mise en concurrence d’organismes non publics, par le biais d’une procédure de labellisation, censée assurer les usagers du respect de critères de qualité. Dans les faits, il s’agit de permettre à d’autres structures payantes de proposer leurs services aux parents et aux établissements dont on aura préalablement écartés les conseillers d’orientation-psychologues !

De fait, le Ministère de l’Education nationale ne garantira plus, comme c’est le cas aujourd’hui :
• Que tous les élèves du secondaire puissent avoir accès à un suivi, une écoute et des conseils personnalisés et approfondis pour leur scolarité et l’élaboration de leurs projets d’avenir.
• Qu’ils soient reçus par des professionnels qualifiés et diplômés en psychologie, spécialistes de l’adolescence, de l’éducation et de l’orientation.
• Que les CIO, lieux de ressource en matière d’information et de conseil, services publics gratuits de proximité, soient maintenus sur l’ensemble du territoire.
Cette nouvelle attaque contre le service public va se traduire par une dégradation inacceptable du service rendu aux élèves et aux familles mais également des conditions d’exercice des personnels. Nous exigeons le maintien et le développement d’un service public d’orientation de l’Education nationale qui réponde réellement aux besoins de tous les jeunes et de leurs familles.