Remplacements : Une situation inacceptable. Une véritable préoccupation des parents qui appelle des solutions durables et non des expédients.

dimanche 21 mars 2010
popularité : 28%

Remplacements : Une situation inacceptable.
Une véritable préoccupation des parents qui appelle des solutions durables et non des expédients.

La question du non-remplacement des enseignants constitue une véritable inquiétude des parents, et concerne autant les remplacements de longue, que de courte durée. Le problème commence enfin à être reconnu comme tel par l’Education Nationale. La FCPE94 se bat depuis de longues années pour pointer l’insuffisance de moyens humains en matière de remplacement, qui porte préjudice aux élèves du premier et du second degré, dans le bon déroulement de leur scolarité.

Nous ne pouvons que constater que les vagues de suppressions massives de postes d’enseignants, depuis plusieurs années, n’ont fait qu’accentuer le problème, en démantelant le pool d’enseignants remplaçants disponibles pour intervenir dans les écoles en fonction de la demande. Face à la pénurie de personnels formés, l’Administration a recours à des expédients, qui en plus d’être inacceptables, ne contribue pas à apporter à la question de solutions pérennes.

Par souci d’économie, l’Administration place des étudiants en cours de mastérisation, sans formation professionnelle, en situation de remplacer les enseignants titulaires face aux élèves. Dans certains cas ce sont des retraités que l’on appelle pour venir faire classe. Connaissant la dureté du métier, est-ce que ces personnes n’ont pas droit comme les autres à profiter de leur retraite après toutes leurs années de service ? La logique ne veut-elle pas d’investir plutôt dans l’avenir en recrutant de jeunes professionnels ?

Depuis plusieurs mois, face à cette problématique qui prend de plus en plus d’ampleur, le rectorat de l’académie de Créteil fonctionne de façon expérimentale avec les chefs d’établissements, en leur demandant d’avoir recours à des personnels titulaires au minimum d’une licence ou « ayant des compétences avérées ». En plus de la remise en cause du recrutement national des enseignants (fermeture des IUFM et mastérisation) que nous dénonçons, force est de constater que le problème n’en est pas pour autant résolu, et pourtant le Ministre, Monsieur Luc Chatel, entend généraliser ce dispositif.

La FCPE 94 exige des solutions de remplacement pérennes. Il faut recruter un nombre suffisant d’enseignants titulaires et formés, pour permettre un service public de l’éducation de qualité.