décclaration commune concernant chérioux

mercredi 10 mars 2010
popularité : 73%

Les sections syndicales académiques
SNES-FSU, SNFOLC, CGT Educ’Action, Sud Education, SNCL, FCPE 94

Créteil le 10 mars 2010

A Monsieur le Recteur

Monsieur le Recteur,

Les sections syndicales académiques SNES-FSU, SNFOLC, CGT Educ’Action, Sud Education, SNCL, FCPE 94 s’adressent à vous solennellement au sujet des retraits de salaire des enseignants du lycée Chérioux à Vitry.

Nous vous demandons de reconsidérer votre décision de refus de prise en compte du droit de retrait de ces personnels, et de rétablir leur salaire.

De plus nous sommes particulièrement choqués de voir que pour la première fois dans l’histoire de notre académie, ces retraits de salaire aient commencé dès le mois de février pour un droit de retrait exercé du 2 au 16 février.

Cette décision ne peut qu’attiser la colère des personnels dans tous les établissements, au moment où nous sommes confrontés à des situations de plus en plus tendues dans nos établissements, conséquences des réformes successives ; les personnels demandent avec force leur retrait, le maintien des postes, des heures supprimées, la création des postes indispensables dans les établissements, se mobilisent contre les conditions de travail qui se dégradent, et préparent la grève nationale du 12 mars.

Nous ajoutons en outre, que la procédure réglementaire concernant le droit de retrait n’a pas été respectée par le rectorat de Créteil, et nous vous demandons donc de lever votre décision de retrait.

Nous rappelons ici l’avis adopté par le CCHS du 8 mars 2010
(Comité Central Hygiène et Sécurité du Ministère) :

« Le CCHS a pris connaissance de l’exercice du droit de retrait exercé par les personnels du lycée Chérioux de Vitry (94) suite à une agression grave dans cet établissement.
Pour le CCHS, la procédure décrite pat le décret 82-453 modifié et la circulaire FP 1871 du 24 janvier 1996 n’a pas été respectée par l’administration.
Le recteur et l’IA ayant contesté la réalité du danger grave et imminent, le CHS aurait du être réuni, une enquête conjointe administration représentants des personnels aurait dû être effectuée. Cela n’a pas été fait malgré les demandes express d’un représentant au CHS.
En conséquence, le CCHS estime qu’aucun retrait sur le salaire des personnels ne peut être effectué.
Vœu adopté par le CCHS

Veuillez recevoir, Monsieur le Recteur, l’expression de nos salutations distinguées.