Ensemble parents enseignants, Deux rendez-vous pour dire stop, Les 21 et 30 janvier.

lundi 18 janvier 2010
popularité : 43%

De la Maternelle à l’Université : la logique de casse du service public de l’éducation continue
Ensemble parents enseignants, Deux rendez-vous pour dire stop,
Les 21 et 30 janvier.

Les services publics de notre pays sont la cible d’une politique gouvernementale qui consiste à supprimer massivement les emplois publics pour réaliser des économies. L’école n’est pas épargnée par cette politique : près de 40 000 emplois de supprimés (de 2007 à aujourd’hui).
De réformes en réformes, d’habillages médiatiques habiles, en passage en force, alors que les inégalités se creusent, notre école républicaine aussi subie des transformations.
A qui profitera cette école élitiste ?

A tous les niveaux : Des classes surchargées, dégradation des conditions de travail pour les personnels et les élèves, enseignants non remplacés et recours très fréquent à des personnels précaires.
Formation des enseignants : Demain, des enseignants non-formés devant les élèves. Pour supprimer des postes de titulaires, les stagiaires sont mis en situation d’intervenir devant les élèves à temps plein. Des étudiants préparant leur Master seront amenés à les remplacer.

Dans le premier degré : Que ce soit la suppression des 2 heures d’enseignement du samedi, inefficace et contreproductive, la disparition programmée des RASED dont pâtissent déjà des milliers d’enfants en difficulté scolaire. Mais également la menace qui pèse sur notre école maternelle avec l’implantation des jardins d’éveil et la baisse des possibilités de scolariser les enfants de 2-3 ans. Les fichiers informatiques (base élèves) qui se développent et croisent les informations sur les élèves et leur famille.

Dans le second degré, Réforme du lycée : Des arguments pseudo pédagogiques vendus habilement, pour masquer une nouvelle vague de suppressions de postes et de tri social :
L’accompagnement personnalisé des élèves, c’est par ailleurs des heures disciplinaires de mathématiques, français, histoire-géographie, supprimées. Sans cadrage national, l’utilisation et l’attribution des heures laissée au libre arbitre des établissements et du rectorat.
Un tronc commun en première qui est censé permettre des changements de parcours (comment rattraper un, voir, deux trimestres en une semaine de stage ?), mais qui permet surtout d’augmenter les effectifs dans les classes.
Carte scolaire : En collège, la suppression de la carte scolaire entraîne une ghettoïsation de nombreux établissements.
Masterisation : Reculer le concours après un diplôme à bac+5, c’est instituer une sélection sociale pour les étudiants les plus modestes et éliminer la plupart des non-titulaires en poste.

Pour demain, il faut défendre dès aujourd’hui l’idée d’une école de la réussite pour tous.

La FCPE 94 vous appelle à faire de la journée de grève du 21 janvier 2010, une réussite, en vous réunissant dans vos établissements, en participant à la manifestation, à 14H30 à République, ou en vous mobilisant sur des opérations telles écoles désertes, affichages, rassemblements….Puis à continuer avec la grande manifestation nationale du 30 janvier 2010, à Paris.