RESF Conférence de presse mardi 5 décembre

lundi 4 décembre 2006
popularité : 28%

PENDANT LES ELECTIONS, LA CHASSE A L’ENFANT CONTINUE, AU MEPRIS DES DROITS FONDAMENTAUX...
Monsieur Sarkozy est en campagne. Il ratisse large, jusqu’à l’extrême-droite. Pour la séduire, il n’hésite pas à couvrir de véritables violations des droits de l’Homme et de l’enfant.

Des méthodes indignes pour embarquer deux parents et leurs trois enfants !

URGENT pétition pour la famille RABA

C’est ainsi qu’après avoir fait passer 17 jours au centre de rétention de Lyon St-Exupéry à trois enfants de 3, 4 et 7 ans, il a ordonné qu’ils soient expulsés vers le Kosovo avec leurs parents M. et Mme RABA. Levés à 4 heures du matin, ils ont accompagné leurs parents jusqu’à l’avion qui, leur avait-on assuré, devait les conduire à Paris pour passer devant un juge. Arrivés à Roissy, les parents ont compris qu’ils devaient être montés dans un avion privé en direction du Kosovo. On leur avait menti.

Les enfants (7, 4 et 3 ans), enfermés dans une voiture avec leur père menotté, entravé et bâillonné, dans l’impossibilité de bouger, ont assisté à l’enlèvement violent de leur mère, son arrachement de la voiture de police, par cinq policiers et son portage dans l’avion. Leur mère qui se débattait a été violemment molestée, ses vêtements ont été déchirés, elle est tombée (et, depuis marche avec des béquilles). Elle a réussi à se défaire de ses liens, 5 policiers ne réussissant pas à la maîtriser. Le pilote les a fait débarquer. Le tout sous les yeux des enfants !

Où sommes nous ? L’actuel ministre de l’Intérieur est un homme dangereux. Les ordres qu’il donne, les objectifs chiffrés qu’il assigne à la police et aux préfectures placent les policiers dans des situations que la conscience, la leur et celle de tout un chacun, réprouve. Est-il légitime de frapper des parents innocents ? Et devant leurs enfants ? Est-il légitime d’arracher des enfants nés en France, scolarisés en France, à tout ce qui fait leur vie, leurs écoles, leurs copains, leurs oncles et tantes ?

En outre, face à la réprobation et aux manifestations que provoquent les expulsions de familles, la PAF (Police de l’Air et des Frontières) est amenée à utiliser des procédés dignes des polices secrètes des régimes autoritaires : le mensonge, le refus d’information, la violence à l’égard de ceux qui s’opposent. C’est ainsi que deux des passagers d’un vol Air France Lyon-Paris du 2 décembre, un Conseiller régional et son assistant ont été molestés et placés en garde à vue pour avoir exprimé leur sentiment sur ce qu’ils voyaient.

Aux dernières nouvelles, la préfecture de Haute-Saône aurait affrété un avion « gouvernemental » (militaire ? privé ?) pour reconduire la famille RABA directement à Pristina en jet privé le mercredi 6 décembre au départ de Lyon-Bron ! Du délire de mégalomane ivre de pouvoir ! Choqués par les mauvais traitements endurés par la famille Raba, les détenus du centre de rétention de Lyon ont refusé de s’alimenter ce dimanche en solidarité avec les parents et les enfants.

Pendant ce temps, d’autres violences, d’autres manifestations de solidarité aussi :

Les 29 et 30 novembre, l’expulsion de Daïm SIDIBE, étudiant toulousain frappé lui aussi d’un arrêté de reconduite à la frontière a été empêchée par la mobilisation de militants de Sud-Etudiant, du RUSF et du RESF ainsi que de syndicalistes de l’aéroports de Roissy. Mais sa rétention a été prolongée de cinq jours et il peut être présenté chaque jour à l’embarquement.

Le 1er décembre, à Marseille, un sans papiers kurde de 22 ans, père de deux enfants, promis à l’expulsion dans les prochains jours s’est suicidé dans sa cellule, par pendaison. Comment ne pas envisager que Kazim ait été conduit à ce geste de désespoir par les conséquences d’une législation répressive et conduite sans humanité ?

Et dans les jours qui viennent :
Lundi 4 décembre, les élèves, les parents et les enseignants des lycées Buffon et François Villon à Paris ainsi que ceux de plusieurs autres lycées appellent à se rendre en cortège vers le Tribunal administratif de Paris (rue de Jouy, Métro St-Paul) pour soutenir une de leurs camarades menacée d’expulsion.
Mercredi 6 décembre, les citoyens et les sans papiers de Seine Saint-Denis se rassemblent une nouvelle fois devant la préfecture pour exiger que le préfet daigne enfin les recevoir au sujet des centaines et des centaines de familles qui sont actuellement victimes elles-aussi d’arrêtés de reconduite à la frontière.
Mardi 19 décembre, à Bordeaux, la cour d’appel du tribunal administratif, à la demande de la préfecture qui poursuit son harcèlement, statuera de nouveau sur le cas de Karim, jeune lycéen algérien, malgré une première décision en sa faveur.

La collaboration d’Air-France doit cesser !

En outre, les expulsions et les violences auxquelles elles donnent lieu sont profondément choquantes pour les passagers et pour les personnels des compagnies aériennes.

Monsieur Sarkozy voudrait rendre les personnels d’Air France complices de ses expulsions. La direction d’Air France doit prendre position : ses passagers prennent des billets pour voyager dans des conditions de sécurité et de confort normales. Pas pour voyager dans des fourgons cellulaires volants. Ils n’ont pas à subir la répression policière dès lors qu’ils s’indignent du spectacle qu’on leur met sous les yeux. Les personnels n’ont pas à travailler dans de telles conditions.
jeudi 7 décembre : les syndicats CFDT, CGT et Sud-Aérien et le RESF appellent à un rassemblement à 17 h 30 devant l’agence Air France (avenue de l’Opéra) pour ne pas laisser Air France devenir la compagnie qui menotte et matraque ses passagers.

Il faut que cessent ces horreurs ! Nous appelons tous les enseignants à réserver quelques minutes de leurs cours demain, mardi et mercredi pour parler des droits de l’Homme et de l’Enfant et de la façon dont ils sont bafoués dans la république sarkozienne.

CONFERENCE DE PRESSE MARDI 5 DECEMBRE 11 HEURES,
8 IMPASSE CROZATIER 75012 PARIS
Métro Reuilly-Diderot ou Gare de Lyon)
Avec la participation
de lycéens s’opposant aux expulsions,
de militants du RESF Lyon solidaires de la famille RABA,
de syndicats du transport aérien et des plates-formes de Roissy et Orly,
d’étudiants qui ont empêché l’expulsion de Daïm Sidibé.

Avec la présence (ou un message) de François Auguste, Conseiller régional PCF de Rhône-Alpes placé en garde à vue, et la présence effective de représentants des principales organisations syndicales et associations de soutien aux travailleurs immigrés et de défense des Droits de l’Homme membres du RESF (FSU, SUD, CGT, Cimade, Gisti, LDH, MRAP, etc...) ainsi que des élus des différentes forces politiques qui soutiennent le Réseau.


Commentaires  forum ferme