La FCPE, le Snudi-FO et le Snuipp-FSU baillonnés pour délit d’opinion !

lundi 15 décembre 2008
popularité : 68%

Samedi matin une délégation composée du vice président de la FCPE 94, des secrétaires départementaux du SNUDI-FO, du SNUIPP 94 a été reçue par l’IEN de la 20ème circonscription au sujet d’un document, annonçant une réunion sur Maisons-Alfort d’informations sur les réformes ministérielles, dont l’IEN a interdit la diffusion auprès des parents, via les écoles.

La délégation a informé Monsieur l’IEN que le document incriminé émanait à la fois de la FCPE, du SNUDI-FO et du SNUIpp-FSU, et qu’à ce titre, il ne pouvait y avoir aucune entrave à sa distribution dès lors que celui-ci était dûment agrafé.

La délégation a exprimé son indignation à la lecture de la consigne de l’IEN qui remet en cause le droit d’opinion, le droit d’expression, le droit de réunion et de manifestation et par là-même, l’existence des syndicats et des associations de parents d’élèves.

Elle a rappelé que le texte du document et sa diffusion respectaient clairement le BO de juillet 2006 qui en définit les règles, et qu’à sa connaissance aucun IEN du département n’a, jusqu’ici, empêché la distribution de documents analogues appelant à la réunion d’Assemblées générales parents-enseignants d’informations sur les réformes ministérielles en cours et à venir…

Elle s’est inquiétée de savoir si à la prochaine grève, l’IEN interdirait aux enseignants de distribuer des lettres, (comme ils l’ont fait le 23 octobre ou le 20 novembre) pour expliquer les raisons pour lesquelles ils font grève.

Enfin la délégation a demandé à Monsieur l’IEN de faire un rectificatif, dès lundi matin, aux écoles de la 20ème circonscription, en conséquence de quoi, elle prendrait les décisions nécessaires.

Monsieur l’IEN a répondu qu’il en référait à Monsieur JOUAULT, Inspecteur d’Académie, et qu’une réponse serait donnée à la FCPE et aux organisations syndicales, lundi matin « à la première heure »….

La délégation a pris acte de cette dernière réponse. En fonction de celle-ci, la délégation prendra toutes les initiatives nécessaires pour faire respecter les droits des parents à l’information concernant les réformes ministérielles en cours et à venir et les droits des personnels représentés par leurs organisations syndicales.

Ce lundi matin, l’IEN maintient sa décision, confirmée par l’Inspecteur d’Académie.

C’est très grave !

Faut-il considérer qu’aujourd’hui lorsqu’ une organisation de parents d’élèves ou une organisation syndicale n’est pas d’accord avec le Ministre, celui-ci peut lui interdire le droit d’expression ?

Faut-il considérer que de ne pas être d’accord avec

le Ministre relève du délit d’opinion ?

Pour la délégation, l’unité parents-enseignants pour défendre l’école publique est indispensable pour faire reculer le Ministre

jusqu’à l’abandon de ses décrets et de toutes ses mesures…

Mais n’est-ce pas justement cette unité

que craignent les pouvoirs publics aujourd’hui

et les amènent à ne plus respecter les droits des parents et des enseignants

et à faire preuve d’autoritarisme et d’abus de pouvoir ?

La délégation décide, dans ces conditions :

- de diffuser ce communiqué à la presse

- de demander une audience en urgence à l’Inspecteur d’Académie contre ce déni de démocratie des pouvoirs publics !


Documents joints

PDF - 163.8 ko
PDF - 163.8 ko