Lettre ouverte au Ministre de l’Education Nationale

mardi 2 décembre 2008
popularité : 27%

Nous, enseignants non syndiqués ou syndiqués (Snuipp-FSU, Snudi-FO), psychologue scolaire, parents des écoles de Chevilly-Larue, réunis à 100 le vendredi 28 novembre, en présence de Mr Le Maire et de Mme l’élue à l’enseignement, des associations de parents d’élèves (FCPE, Indépendants) avons largement discuté des mesures que vous voulez imposer dans l’enseignement :

Suppression par an de 3 000 postes d’enseignants spécialisés (RASED) jusqu’en 2011 (tout en proclamant vouloir faire diviser par 3 le taux d’élèves en grande difficulté scolaire).
Suppression de 13 500 postes d’enseignants pour 2009 (après 11 300 en 2008). En Primaire, il s’agit de 5 500 suppressions de postes alors que les effectifs vont augmenter de 16 400 élèves !
Diminution, depuis septembre 2008, de 2 heures d’enseignement par semaine pour tous les élèves en maternelle et en élémentaire (cela représente ½ année d’école de la maternelle au CM2).
Mise en place d’une aide individualisée en dehors des horaires officiels de l’école pour les élèves en difficulté (stage de remise à niveau pendant les vacances scolaires et 60 h de soutien par an) et justification ainsi de la suppression des RASED.
Remise en cause de l’école maternelle (que beaucoup de pays nous envient) et qui serait remplacée par des jardins d’éveil à la charge des communes et des familles, premier pas vers la suppression de la maternelle avant 5 ans.

Arrêt de la scolarisation des 2-3 ans pour la rentrée 2009.
Mise en place de l’accompagnement éducatif après les horaires officiels de classe pour transférer aux communes (selon leurs moyens) des matières enseignées à l’école.
Mise en place des EPEP (réseau
x d’école municipalisés) qui visent à installer la concurrence entre les écoles, les enseignants, les élèves ; au détriment d’une même éducation pour tous sur tout le territoire français avec les mêmes moyens.

Remise en cause du droit de grève des enseignants (SMA) et transfert aux communes de la garde des élèves.

Mise en place de la réforme des lycées par la suppression de 5 heures d’enseignement par semaine et la parcellisation des parcours.
Suppression des IUFM (Instituts de Formation des Maîtres) qui revient à supprimer la formation professionnelle des futurs enseignants. Baisse de 30% des postes mis au concours en 2009 et par voie de conséquence, de la formation continue des enseignants en poste. Embauche des enseignants à bac+5, sans formation professionnelle et donc sélection accrue contre une plus grande mixité sociale des futurs enseignants.

Réduction considérable des subventions aux associations éducatives complémentaires de l’enseignement public.
Le nombre et la cohérence de vos mesures
vont systématiquement dans le mauvais sens…

Nous sommes extrêmement inquiets pour l’avenir de l’Ecole publique républicaine, laïque et gratuite. Nous n’acceptons pas que soit mise en cause l’égalité devant l’instruction de tous les élèves. Nous n’acceptons pas que l’Etat se désengage au détriment des enfants les plus en difficulté et qu’il fasse payer les parents et les communes à sa place !

Monsieur le Ministre, entendez-nous,
retirez vos réformes et donnez satisfaction à nos revendications 

Nous demandons :

le retrait des décrets et de toutes les mesures Darcos
l’abandon de la réforme du lycée

le maintien et le développement de tous les RASED et de leurs trois fonctions (Psychologues, Maîtres E, maîtres G)
le maintien et le développement de la médecine scolaire
le maintien de tous les postes que le Ministre veut supprimer à la rentrée dans le 1er degré (5 500 postes et 3000 postes RASED)
le maintien de la maternelle et de toutes ses sections
l’abandon du projet de loi sur les EPEP
le retrait du SMA

Nous n’acceptons pas que l’on fasse des économies sur le dos des élèves !

Nous ne sommes pas dupes des artifices de communication que vous employez !

Nous demandons le renforcement des moyens pour lutter contre les inégalités.
Nous demandons que tous les moyens nécessaires soient débloqués pour le budget de l’Education nationale.

l ’Assemblée générale a discuté des moyens d’action et a proposé :

aux Chevillais, de participer très nombreux à la manifestation du 6 décembre à la Préfecture à l’initiative de la FCPE, et des sections départementales du Snuipp, du Snudi-FO, de Sud, de la Cgt et du Se-UNSA.
de faire signer massivement la lettre ouverte à tous les parents et à la population.