déclaration FCPE du 22 septembre

vendredi 26 septembre 2008
popularité : 54%

On habille ces « contre réforme » d’un discours pédagogique, on tient des discours populiste, on dresse les uns contre les autres, on divise pour mieux Régnier
Toutes ces mesures on une cohérence idéologique.

Deux heures de classe en moins, conséquence de la suppression du samedi matin, avec des programmes alourdis.
Nos enfants ont besoin d’un rythme scolaire adapté et non de moins d’école.
Apprendre en 24h au lieu de 26h soit une demie année dans une scolarité.c’est accentuer la pression sur tous les élèves, et tant pis pour ceux qui mettent plus de temps dans les
Apprentissages.
Le résultat, c’est moins 72h par an, soit trois semaines en moins, de cours ! Qu’à cela ne tienne

Pour y remédier les enfants seront pris deux heures en petits groupes, ou plus exactement l’enseignant non spécialisé aura deux heures pour s’occuper des enfants en difficulté de sa classe. Le nombre d’enfants en difficulté suivant les villes et les écoles n’est pas le même, cela revient à donner moins à ceux qui ont déjà moins

De l’avis de tous les chronos biologistes, la semaine de quatre jours est un non-sens pour le rythme d’apprentissage des enfants. Le seul objectif du ministère : récupérer des milliers de postes.
Une de la conséquence va être la disparition de lien social qu’était l’école pour les familles. Quand les parents pourront-ils rencontrer les enseignants ? Dans les écoles, le samedi matin était un lieu de rencontre, d’échange, et ce, particulièrement dans les milieux populaires.
Le recteur pourra toujours disserter sur le rôle et la place des parents, ou bien vouloir les former
(peut être la aussi veut t’il des parents dociles)

Dans la réalité Petit à petit s’affirme l’idée que les parents d’élèves deviennent démissionnaires et que leurs représentants n’ont pas leur place à l’école.

Nouveaux programmes « du PAR COEUR » !
Les programmes doivent aider les élèves à penser et à se former un esprit critique, au lieu de seulement viser à apprendre pour apprendre.
Il faut éviter de se centrer uniquement sur les mathématiques et le français au détriment des autres disciplines : sciences, histoire, géographie, activité sportive et arts.

L’école c’est pendant l’école
Le soutien, hors temps scolaire, qui allonge la journée de certains et les stigmatise. Faisant disparaître ainsi une aide adaptée pour tous : le RASED (réseaux d’aide spécialisé aux enfants en difficultés).
L’accompagnement éducatif : c’est là aussi l’école après l’école, une heure à une heure trente à destination de tous les élèves basée sur le volontariat y compris celui des enseignants, livrant les enfants non volontaires à eux-mêmes dès 15 h 45.ou les laissant dans une journée toujours aussi longue avec un mille feuille de dispositifs de pseudo aide soutien etudes animations etc sans cohérence entre eux
Ce projet, prévoit également des cours le mercredi matin pour l’année prochaine, désorganisant ainsi toutes les activités municipales. L’activité existante le mercredi ne pourra être transféré le samedi
Des activités déjà existante

Les stages de remise à niveau (pendant les vacances : nos enfants n’ont pas besoin d’heures supplémentaires pendant leurs vacances, tous les élèves ont droit au même temps de repos (7 semaines de cours et 2 semaines de vacances).

On stigmatise les élèves Petit à petit s’affirme l’idée que l’école ne peut plus aider les élèves en difficulté sur le temps scolaire et qu’il faille faire le tri entre les élèves en faisant porter l’échec scolaire sur l’élève lui-même.

En exacerbant la concurrence les officines privées sont encouragées pour accompagner les élèves en dehors du temps scolaire. Plus rien ne les arrête (on pourrait parler des minsholl de maisons alfort par exemple, distribution de publicité d’une féderation de parents venant à la rescousse au sein même de l’école)

Service minimum de l’éducation
L’Etat impose aux communes « un service d’accueil minimum » par des agents municipaux et veut le généraliser à tout type d’absence de l’enseignant (formation, congé maladie et maternité…). On fait passer l’école pour une garderie et on essaie de faire disparaître le droit au remplacement des enseignants par un droit de garde.

L’Etat doit assurer tout au long de l’année un service maximum d’éducation par des enseignants

Menaces de plus en plus précises sur l’école maternelle
La scolarisation des 2 ans est remise en question au profit d’un mode de garde payant. De plus en plus d’enfants de 3 ans n’ont pas de place en maternelle. On craint pour l’existence même de la maternelle.
Et les mesures de carte scolaire vu aujourd’hui vont bien dans ce sens, ainsi que les déclarations provocantes du ministre

La suppression de la carte scolaire accentue la mise en concurrence des établissements entre eux ; les différents transferts de compétences de l’Etat vers les collectivités locales et territoriales accentuent les inégalités entre les communes ;

L’origine des réformes de l’Education nationale ne prend pas sa source dans les besoins des élèves et leurs perspectives d’émancipation (dans et par l’école) mais dans un projet pour l’école publique conforme au projet de société de ce gouvernement.

L’ECONOMIE DE MOYENS CONDUIT A suppression de 11 200 postes supprimés en 2008 ; 13 500 supprimés en 2009... Et ce n’est que le début.

Abaisser les dépenses publiques
, niveler la formation de la majorité des jeunes en fonction des besoins des entreprises pour fournir une main d’oeuvre corvéable, aux droits précaires, et à bas salaire : voilà ce qui est en marche. C’est une économie de moyens au service d’une économie de marché.

L’objectif, pour l’Etat, devrait être celui d’instruire des élèves afin qu’ils deviennent des citoyens et des citoyennes en capacité de réfléchir par eux-mêmes, de maîtriser des connaissances et des savoir-faire afin d’agir sur leur environnement, de s’émanciper, de développer des relations solidaires.

Ce que l’on veut nous imposer. Pour une élite, une formation dans des établissements d’excellence afin d’obtenir un niveau élevé de qualification. Cette élite aura droit à ce qui existe de meilleur. Mais pour les, ce sera le socle minimum, le socle du commun. C’est une éducation minimum.

La FCPE 94 agit et continuera d’agir pour une école de qualité pour tous, pour un service maximum d’éducation.

C’est pourquoi nous réclamons. :
 le rétablissement des 2 heures d’enseignement pour tous ;
Le maitien et l’amélioration de la carte solaire
 La prise en charge de la difficulté scolaire sur le temps scolaire avec les moyens adaptés (enseignants formés RASED, moyens supplémentaires, effectifs réduits),
 le remplacement obligatoire et systématique des enseignants absents par des enseignants,
 Des moyens en enseignants supplémentaires dans les écoles de ZEP,
 Les classes et enseignants nécessaires en école maternelle pour la scolarisation des enfants de 2 et 3 ans dans des structures adaptées.
 des programmes novateurs qui permettent d’apprendre à lire, écrire, compter et aussi comprendre et penser.
 un budget à la hauteur des enjeux de notre pays.

Pour finir

Remise des médailles, c’est l’école des gagnants et des perdants

Bourses au mérite revalorisées, et cérémonie de remise de diplôme et médaille. A défaut de donner les moyens d’un égal accès de tous aux savoirs et à la réussite, on honore les meilleurs. On accentue ainsi encore un peu plus la fracture entre ceux qui ont des difficultés et les plus aisés. Entre ceux que l’on stigmatise et ceux que l’on met dans la lumière, promis aux honneurs, aux meilleurs écoles et aux meilleurs diplômes. D’un côté les bons éléments, de l’autre les moins méritants.
L’école devient le champ d’une compétition acharnée.. L’individualisme est poussé à son paroxysme. L’école ne socialise plus, elle aiguise les vertus de la concurrence entre les élèves. Elle ne forme plus des citoyens, mais des concurrents avec les gagnants et des perdants.

enfin nous conclurons par une dérision
Le ministre à oublié une mesure , la remise de médailles aux parents meritant, ou militant,
un peu irritant sans doute,
alors nous allons y remédier.....

les élus FCPE AU CDEN du 22 devant le préfet se font une remise de médaille


Commentaires  forum ferme