voeux CDEN du 22 stptembre

adopté à l’hunanimté une voix contre 2 abstentions
vendredi 26 septembre 2008
popularité : 18%

Le CDEN dénonce la réorganisation actuelle de la semaine scolaire avec le dispositif d’aide aux élèves en difficulté ainsi que les nouveaux programmes qui ont été engagés sans concertation ni débat national et doivent être abandonnés immédiatement.

Le CDEN se prononce pour l’abandon des décrets Darcos supprimant les heures de classes pour les élèves et annualisant les obligations de service des enseignants, et pour le rétablissement des 2 heures d’enseignement hebdomadaires pour tous les élèves., « l’école pendant l’école » !

Le CDEN s’oppose à une définition locale du service des enseignants et demandent le respect d’horaires et d’obligations de service déterminés nationalement pour tous.

Le CDEN dénonce les propos du Ministre de l’Education à l’encontre des enseignants des écoles maternelles qui attestent de sa méconnaissance de leurs missions et constituent une insulte.

Le CDEN rappelle son attachement au droit de grève garanti par la Constitution et se prononce pour l’abrogation de la loi du 20 août 2008 qui remet en cause le droit de grève des enseignants par l’instauration d’un service minimum d’accueil dans les écoles et transforme l’école en garderie en instaurant un droit de garde.

Le CDEN demande à Monsieur l’Inspecteur d’Académie :

. de revenir sur sa décision et de pourvoir tous les postes de regroupement d’adaptation restés vacants à l’issue du premier mouvement et d’y affecter, en priorité, tous les enseignants volontaires qui ont postulé sur ces postes.

.d’ informer immédiatement le ministère des besoins du département en terme de formation de personnels des RASED en vue d’abonder le nombre de départs en stage CAPASH (stages d’enseignants spécialisés) 2008 afin que tous les candidats puissent obtenir satisfaction dans l’option de leur choix.

. de solliciter du Ministre une dotation budgétaire 2009 conforme aux besoins mesurés notamment par :

- les postes CAPASH restés vacants,
- le nombre d’enfants de 2 et 3 ans non accueillis, faute de place dans les écoles, malgré la demande des parents,
- les effectifs par classe excédent 20 en ZEP et 25 en zone banale.

- le remplacement obligatoire et systématique des enseignants par des enseignants

- des moyens en enseignants supplémentaires dans les écoles ZEP

Le Ministre doit prendre la mesure du mécontentement grandissant des enseignants, des parents d’élèves, et des objections précises des élus.

En tout état de cause, le CDEN demande au Ministre de l’Education nationale de renoncer à toute contrainte concernant l’application de ses dispositifs.