la FCPE refuse des reformes technocratiques et budgétaires

mardi 5 février 2008
popularité : 25%

La FCPE s’inquiète des propositions de réformes inspirées par les rapports des inspections générales de l’éducation nationale et des Finances dans le cadre de la révision générale des politiques publiques (RGPP) et de la commission Attali concernant l’éducation et la formation.

La FCPE dénonce le manque de recul sur le socle commun qui après 30 ans d’indécision vient à peine d’être mis en œuvre. Il est beaucoup trop tôt pour en faire un quelconque bilan et estimer qu’il est insuffisant.
De plus, se focaliser sur Internet comme outil d’apprentissage confine à la « gadgétisation » de l’enseignement qui doit conserver sa dimension humaine et être adapté à chaque enfant.

La proposition d’évaluation des enseignants par les élèves ou les parents est un non sens. Elle est de plus de nature à développer des tensions malsaines entre enseignants, parents et élèves alors que leurs relations doivent être fondée sur le respect et la confiance réciproque.

La réforme du Baccalauréat reportée au 3ème trimestre ne doit pas se fonder sur une suppression des options et des filières par souci d’économiser des heures de cours et donc des postes d’enseignants nécessaires pour un encadrement des jeunes.

La FCPE dénonce la suppression de la carte scolaire et son remplacement par un « chèque éducation » qui, de facto, met en place un système éducatif à plusieurs vitesses, mettant en concurrence les établissements et instaurant une compétition inutile entre les enfants.
La conséquence immédiate de cette suppression serait un renforcement des inégalités sociales.

Enfin, la conception de l’Ecole développée dans ces propositions tourne le dos aux principes républicains fondateurs de l’égalité d’accès à une Ecole laïque.

La FCPE n’acceptera pas un pilotage fondé sur la seule logique budgétaire visant à supprimer des postes ou sur des conceptions technocratiques du système éducatif qui oublient la place de l’enfant et de l’éducation.

La multiplication des rapports et d’annonces diverses nuisent à la lisibilité de la politique éducative. La FCPE exige du ministre de l’Education nationale clarté, sérénité, transparence et cohérence.


Commentaires  forum ferme