Accompagnement éducatif : Ce n’est pas la mesure qui coûte cher ! C’est le papier-cadeau !

dimanche 18 novembre 2007
popularité : 23%

Le Ministre de l’éducation Xavier Darcos s’est rendu jeudi 8 novembre au collège Jules Ferry de Maisons-Alfort, en compagnie d’un auguste aréopage, pour vanter les mérites de l’école après l’école.

Dès son arrivée, à 15 heures 30 (n’est-ce pas un peu tôt pour l’école après l’école ?), ce collège ZEP avait été « vidé » de la plupart de ses élèves, invités à rentrer chez eux. Il n’en restait plus que quelques uns, soigneusement « triés sur le volet » et encadrés par une minuscule poignée d’enseignants.
Ce jour-là, les élèves les plus défavorisés ou en difficulté scolaire ont donc été tenus à l’écart d’un dispositif initialement mis en place pour eux, ce qui est tout de même un peu gênant. Notre ministre redoute-t-il à ce point les élèves en difficulté ? A moins que le but de l’opération n’ait été de démontrer que l’aide aux devoirs fonctionne très bien avec tous ceux qui savent déjà les faire ?

En ces temps de « maîtrise des dépenses publiques », que faut-il penser de toutes ces heures de cours supprimés, du temps passé et de l’énergie dépensée à préparer cette vaste opération de communication ? Un enseignant de l’établissement a même bénéficié d’une substantielle décharge de service auprès du rectorat afin de suivre une formation spécifique pour l’occasion. Que sont devenus ses élèves pendant son absence ?
Un pool de « pom-pom boys », vêtus de polos vantant les mérites du cartable en ligne se trouvait également sur place. Très chics, les polos. Financés par le contribuable ? De toutes façons, le « cartable en ligne » n’existe pas dans l’établissement. Beaucoup de bruit pour rien, donc.

Certaines activités d’accompagnement éducatif semblent avoir vu le jour spécialement pour la venue du ministre. Ces « ateliers spontanés » continueront-ils à exister par la suite ?

Au cours d’une visioconférence, le ministre a annoncé qu’il débloquait 3,4 millions d’euros pour l’accompagnement éducatif. Un effort qu’il convient de relativiser fortement au regard des 11200 postes supprimés dans l’éducation nationale et qui ne sont que la poursuite d’une interminable saignée budgétaire ayant conduit aux options supprimées, aux effectifs trop lourds, au manque criant de personnel, au non-respect des horaires nationaux dans plusieurs établissements, aux remplacements non assurés… Derrière la vitrine, derrière les sites du rectorat et du ministère, où figure en bonne place un reportage édifiant sur la visite du 8 novembre -pour cela, on trouve toujours des moyens- il y a surtout une arrière-boutique, nettement moins reluisante. Que vaut ce qui est « offert » aujourd’hui à nos élèves au regard de tout ce qu’on leur a « volé » ?

Organisé sans cadrage, l’accompagnement éducatif est un fourre-tout ne permettant pas de remédier aux difficultés graves des élèves en rupture avec l’école et qui auraient besoin de mesures tellement plus ambitieuses. Il risque de mener à l’externalisation larvée de certaines disciplines (EPS, enseignements artistiques). Cette mesure, imposée d’autorité, s’est mise en place sans consultation préalable et sans tenir compte du surcoût généré pour les collectivités territoriales : gardiennage des établissements, entretien, facture de chauffage, gestion du matériel, problèmes de ramassage scolaire…

Sans doute s’agit-il d’un hasard tout à fait fortuit. Notons toutefois que cette visite minstérielle s’est déroulée dans une commune gérée par l’UMP, et dont le collège ZEP, qui ne fonctionne pourtant pas plus mal qu’un autre, a tout de même perdu plusieurs élèves consécutivement à l’assouplissement de la carte scolaire… décidé par le Ministre lui-même ! Les petits coups de pouce médiatiques de ce type deviennent aujourd’hui monnaie courante pour tenter de redorer le blason d’un établissement dans une éducation nationale de plus en plus inféodée à des lois maketing tenant lieu de réflexion de fond. Mais quid des élèves dans tout ça ? Quid des personnels ? Et quid de l’intérêt général ?

A l’issue de cette grande opération de propagande dans un collège quasi vide, le ministre, ravi, est reparti comme il était venu. Et nous, nous sommes ravis qu’il soit en phase avec l’une de nos revendications : le travail en petits effectifs, c’est quand même beaucoup plus agréable !


Commentaires  forum ferme

Logo de Delphine Roccelli
Accompagnement éducatif : Ce n’est pas la mesure qui coûte cher ! C’est le papier-cadeau !
mardi 16 décembre 2008 à 17h53 - par  Delphine Roccelli

Bonjour, je suis représentante de parents d’élèves en Seine et Marne, et l’inspecteur d’académie a annoncé en rendez-vous scolaire la mise en place de l’accompagnement éducatif sur notre commune (Combs la Ville) dès la rentrée 2009-2010. On nous a vanté l’expérimentation menée à Moissy-Cramayel, sans évoquer celle qui a été menée dans le Val-de-Marne.
Cet accompagnement éducatif a-t-il été expérimenté chez vous aussi dans les écoles primaires, et si oui, quels sont les échos que vous en avez eu ?
Merci de vos renseignements.
D. Roccelli, pour le conseil local de Combs maternelle et élémentaire.