On a besoin d’une école pendant l’école

mardi 13 novembre 2007
popularité : 37%

Les annonces du gouvernement se sont succédé au cours de la rentrée 2007 : semaine de quatre jours, désectorisation, nouvelle suppression massive de postes, fichiers base élève… Les conséquences sont désastreuses pour le service public d’éducation et l’avenir de nos enfants.

Depuis cette rentrée, le ministère de l’Education nationale sensé garantir l’école pour tous, met en place un dispositif d’école après l’école dans les collèges.

Il entend lutter contre l’échec scolaire et soutenir les élèves en difficultés. Or dans les faits, ce dispositif basé sur le volontariat se traduira par un nouveau désengagement de l’Etat et l’absence d’obligation scolaire pour les familles. Rien ne garantit que les élèves les plus en difficultés bénéficient de la mesure.

Cette école après l’école est d’autant plus inéquitable socialement et scolairement qu’elle s’accompagne d’une réduction drastique des moyens de l’école pendant l’école. Depuis plusieurs années, les parents d’élèves FCPE dénoncent le non remplacement d’enseignants, des dotations horaires globales au rabais, la suppression d’options et des demi groupes.
9600 suppressions d’emplois à la rentrée 2007 et 11 200 pour 2008 et dans un avenir proche un fonctionnaire sur deux en moins sachant que le plus grand nombre se trouve dans l’éducation nationale.

Ainsi, l’objectif clairement affiché est la casse du collège unique. Avec l’instauration d’un socle commun minimum de connaissances, ce sera le SMIC du savoir pour les uns (savoir lire, écrire, compter et cliquer) et l’excellence pour les autres avec cours privés en fonction des moyens financiers. C’est une porte ouverte à la marchandisation de l’école que nous refusons.

La FCPE 94 dénonce une nouvelle attaque du service public d’éducation.

Concernant les écoles maternelles et élémentaires, l’annonce d’une semaine de 4 jours faite sans concertation pour la rentrée 2008 ne répondra pas à la question essentielle du rythme de la journée actuellement trop chargée. Bien au contraire. La suppression de l’école le samedi, c’est ôter à de nombreux parents la possibilité de rencontrer les équipes enseignantes et de s’impliquer dans la vie de l’école.

Supprimer 2 heures d’enseignement en moyenne par semaine, cela va réduire le niveau d’éducation et creuser encore les inégalités. Ce sera pieds de cités ou télé pour les uns et cours privés et théâtre pour les autres.

FCPE 94, le 8 novembre 2007


Documents joints

Word - 73 ko
Word - 73 ko

Commentaires  forum ferme