LA CARTE SCOLAIRE

vendredi 29 juin 2007
popularité : 14%

LA CARTE SCOLAIRE

L’ordonnance du 6 janvier 1959, rendait la scolarité obligatoire jusqu’à 16 ans et la carte scolaire est crée en 1963 :

Son but :
Organiser le parcours des élèves à partir d’une idée simple et de bon sens :
« On va à l’école du quartier, l’école est rattaché au collège le plus proche dans la ville et au lycée au plus près de son domicile et on mélange les milieux sociaux »

Pour la maternelle, l’élémentaire et le collège, le parcours scolaire est fléché, jusqu’à présent, par la carte scolaire.
Pour les lycées, tout dépend des filières et des options, ce n’est pas la carte qui est le facteur dominant

C’est ainsi que la carte est faite à SUCY pour que les élèves de la Cité verte (d’une partie), Plateau, Noiseau et Bruyères aillent en sixième au Collège du Parc et que les élèves de la Cite verte (une partie) Les Noyers, Fosse Rouge, Centre et JJ Rousseau aillent au collège du Fort.

La carte est donc faite pour garantir proximité et mixité sociale.
Qu’il y ait des retouches à faire, sûrement, car on connaît quelques aberrations de découpages géographiques sur Sucy qui méritent que l’on y regarde de plus près

Mais ce n’est pas ce problème qui est traité, car Mr Darcos annonce la fin totale de la carte scolaire pour, dit-il : « donner aux parents la liberté de choisir »

Quand il faut « choisir » de s’éloigner pour y trouver son compte, nous n’appelons pas ça choisir, mais avoir une contrainte en plus.
Ce sera toujours pour nous, parents, plus facile et évident que nos enfants aillent au plus près de là où on habite.

Mr Darcos flatte les réflexes :

- « L’école de mon quartier est trop popu, je vais à l’autre, elle est plus classe,. »
- « dans le collège prévu pour mes enfants il y a beaucoup de Aicha, Boubacar et Fatoumata, je l’évite ».

Jusqu’à ce jour, les dérogations justifiées étaient toujours accordées mais il y a en plus 20 % (chiffres du ministère) de parents qui détournent la carte, notamment en collège, par des ruses et des montages d’adresses bidons.

Mr Darcos s’adresse à ces 20% et ils croient qu’on leur donne les moyens légaux de ne plus ruser.

C’est créer la course aux inscriptions, les batailles, combines et copinages qui vont avec et c’est un numéro d’illusionniste à deux sous.
Car on pourra toujours faire tous les dossiers que l’on veut !
Ce n’est pas nous qui choisirons.
C’est de toute façon le chef d’établissement qui choisira et fera son tri.

Parce qu’il ne va pas pousser les murs de son bâtiment, il va forcement sélectionner.

Et en primaire qui disposera de ce pouvoir discrétionnaire ?.............................................Problème, les directeurs (trices) ne sont pas chefs d’établissements.

Le ministère a imaginé un outil permettant de réaliser ce tri…………………… le « fichier base élève national ».

Cet outil se met en place à l’heure actuelle.

Les directeurs de maternelle et d’élémentaire ont ordre de remplir ce logiciel à vocation nationale.

Il comprend par élève :-l’état civil, la nationalité, la situation des parents, la date de présence en France, la langue dans la famille, les résultats aux évaluations,niveau de la classe, nom de l’enseignant, taux d’absentéisme, cursus scolaire, les problèmes durant la scolarité , les suivis médicaux et psychologiques…………

Toutes les mairies, les académies, les inspecteurs, les directeurs, les principaux et proviseurs seront dotées de l’accès à ce fichier par Internet.
Fichage informatique et interconnexion entre ces fichiers ! Il y avait déjà le livret scolaire, alors pourquoi faire cet « outil » ?
……/…..

Pratique, rapide, c’est un moyen moderne et redoutablement efficace si l’on veut organiser le tri des élèves par leur niveau scolaire et aussi d’organiser facilement le tri social.

Le choix des chefs d’établissements se fera sur consultation de ce logiciel interne.

Qui veut encore croire que supprimer la carte scolaire, c’est offrir une « liberté de choisir aux parents » ? 

Nous posons la question :

Entre une éducation nationale qui n’a pas encore réussie son pari de faire réussir tous les élèves dans leur vie de scolaire et une éducation nationale estampillée « moderne, nouvelle et en rupture » :

- qui s’engage en application de la loi du 5 mars 2007
- vers la voie du tri dès le plus jeune âge( 3 ans ),
- qui s’engage en vertu de l’abandon de la carte :
- à mettre les établissements scolaires en concurrence les uns avec les autres,
- à favoriser les familles aisées et bien informées et en même temps les mettre en concurrence les unes avec les autres,
- à laisser loin derrière les familles populaires qui ne connaissent pas les bons circuits et ne savent pas monter des dossiers,
- à amplifier les établissements d’élite scolaire en aspirant les bons élèves dans les quelques places qui peuvent exister,
- à plomber les établissements de faiblesse scolaire en laissant les faibles et les très faibles entre eux,
- qui en application de la loi Fillon de 2005 :
- va créer des programmes à géométrie variable en collège,
- qui en application du « Droit Opposable » :
- va dire aux familles ; si vous n’êtes pas satisfaites, « faites un procès à l’administration, servez vous du Droit Opposable », comme si on avait le temps, l’argent et le savoir faire pour utiliser ce gadget,…………………………..
……………………………..Le progrès est il évident ?

Nos convictions :

- maintenir une carte, pas de droits d’égoïsmes et de chacun pour soi,

- que l’état garantisse à toutes de bonnes écoles et de bons collèges de proximité,

- une bonne école au plus près de chez nous, c’est ne pas être tentés de s’imposer la contrainte de s’éloigner,

- des moyens importants, en hommes et femmes, en bâtiments,

- des classes à effectifs plus petits.

- la création d’un vrai service de remplacement des professeurs absents, en collège et lycée.

- le mélange social,

- la scolarisation des enfants handicapés, avec des « AVS » formées et reconnues dans un vrai métier, ce qui est très très loin d’être le cas aujourd’hui.

- l’abandon du fichier informatique « base élève », outil très injuste et potentiellement dangereux,

- une vision, une ambition, d’un grand service public d’éducation, national et laïque.

C’est le meilleur moyen de ne pas donner l’envie d’aller voir ailleurs si l’herbe est plus verte.

Et forcement, ça coûte cher au pays.
En quoi cela serait il scandaleux ?
C’est le choix de l’humain, pas de la race, ni des relations, ni du compte en banque de papa.


Commentaires  forum ferme