Darcos abat la carte scolaire malgré l’opposition des parents

jeudi 31 mai 2007
popularité : 43%

La Fédération des conseils de parents d’élèves (FCPE) tient son congrès national à Montpellier depuis hier, jusqu’à lundi. Ce congrès, qui célèbre le soixantième anniversaire de cette fédération de sensibilité de gauche, a accueilli hier le nouveau ministre de l’Education, Xavier Darcos qui s’était exprimé à plusieurs reprises cette semaine sur son projet de supprimer progressivement la carte scolaire. La FCPE l’attendait donc de pied ferme, sur ce sujet comme sur celui des enfants de sans papiers. Le ministre, tout en essayant d’être rassurant, n’a pas vraiment réussi à convaincre les 800 congressistes réunis à Montpellier.

Ce ne fut pas une partie de plaisir pour Xavier Darcos. Le ministre de l’Education s’est en effet plié, hier, à l’exercice obligé d’expliquer la politique du nouveau gouvernement en matière d’école, et ce pour la première fois devant la puissante Fédération des conseils de parents d’élèves (FCPE), qui tient congrès national à Montpellier.

De sensibilité de gauche, la FCPE l’attendait évidemment de pied ferme sur des sujets où sa position est à l’exact opposé de la sienne, et bien sûr de celle du nouveau Président de la République, Nicolas Sarkozy.

D’ailleurs, avant l’arrivée du ministre, Dominique Padro, vice-présidente de la FCPE, avait lancé aux quelque 800 parents d’élèves présents : « Il paraît essentiel d’écouter ce que l’on a à nous dire. Notre devoir est de l’écouter. » Une façon de prévenir d’éventuelles réactions d’humeur, pendant le discours qui aurait pu faire tousser.

Une fois là, Xavier Darcos fut néanmoins vite interpellé par la FCPE. Faride Hamana, son président national, l’accueillit, en le cueillant à froid : « Il y a de nombreux sujets sur lesquels nous sommes impatients d’entendre ce que vous avez à nous dire. La FCPE demande l’arrêt des expulsions d’enfants scolarisés, dont les parents sont sanspapiers... » Applaudissements nourris dans la salle.

Et Faride Hamana de reprendre le fil de son discours de réception, en égrenant les positions de sa fédération : une carte scolaire pour « faire vivre la mixité sociale », suppression de l’apprentissage à 14 ans, « amélioration de l’accueil des enfants handicapés » et création d’un « statut de délégué parents », notamment.

« C’était mon devoir de venir vous voir. Je savais que ce ne serait pas facile », répondit du coup Xavier Darcos. En préalable à son intervention, des parents d’élèves avaient épinglé contre un mur de la salle une banderole annonçant : « L’école n’est pas à vendre ».

Sur la carte scolaire qu’il compte supprimer, Xavier Darcos dut jouer serré pour défendre son projet. Il rappela ainsi que la carte scolaire avait été créée « il y a quarante ans dans une France qui n’a plus grand-chose à voir avec celle d’aujourd’hui ». Résultat, selon lui : elle « ne s’impose réellement qu’à ceux qui n’ont pas les moyens nécessaires, ni même souvent l’information disponible, pour la contourner » : « Je considère que l’égalité des chances passe par une redéfinition de nos instruments de mixité sociale. »

En conséquence, tout « en supprimant progressivement la contrainte qui pèse sur les familles », le ministre compte demander aux établissements scolaires de « veiller à une plus grande diversité sociale et géographique de son recrutement. » Pas de quoi rassurer, sur ce point-là, la FCPE, « Comment expliquer aux parents qui respectent à plus de 80 % la carte scolaire que désormais ce sont eux qui ont triché, que l’essentiel des parents favorisés (NDLR : les 20 % qui contournent la carte scolaire), ont eu raison de le faire », avait martelé le matin Faride Hamana.


Commentaires  forum ferme