Présidentielle : RESF demande un "débat public" sur les "étrangers migrants"

lundi 19 février 2007
popularité : 73%

Le Réseau éducation sans frontières (RESF) qui rassemble près de 100 associations et lutte contre les expulsions de familles sans-papiers d’enfants scolarisés, a interpellé lundi les candidats à la présidentielle, réclamant "un grand débat public" sur "les étrangers migrants".

"Nous souhaitons que les prochains rendez-vous électoraux soient l’occasion d’un grand débat public sur la politique de notre pays à l’égard des étrangers migrants", a déclaré RESF dans un communiqué.

L’organisation, très active sur le terrain, a assuré être "attentive aux déclarations et engagements des différents candidats et plus encore à leurs décisions et à leurs actes".

A l’appui d’exemples précis de jeunes ou de parents expulsés, elle a réclamé que "le droit d’asile" devienne un "droit fondamental", demandé un "titre de séjour durable" pour les jeunes arrivés adolescents en France et scolarisés, un "droit à la santé pour tous, avec ou sans-papiers", ou encore la suppression de "toutes les restrictions au regroupement familial".

RESF a également souhaité que "l’intérêt supérieur de l’enfant soit réellement la préoccupation essentielle dans toutes les décisions administratives et judiciaires le concernant".

"Les étrangers ne sont pas dangereux mais en danger", a ajouté le Réseau, en critiquant "les contrôles au faciès", "les rafles", les centres de rétention devenus "prisons pour innocents" et "le caractère expéditif de la justice".


VOIR EN LIGNE : Dépêche VousNousIls du 19 février 2007